Sur le délit de violence psychologique



capture d'écran Youtube
capture d'écran Youtube
Que les députés aient voté une proposition de loi visant à renforcer la législation contre les violences faites aux femmes, excellent.
Que ce vote ait été acquis à l'unanimité, droite et gauche mêlées, bravo!
Mais — dussé-je, ici, m'attirer à tort les foudres de certaines féministes — il y a un point important de ce texte de loi qui me semble dangereux et inadéquat : il s'agit d'un nouveau délit, celui de violence psychologique
1) Parce que, contrairement aux apparences cela fera en fait le jeu des conjoints violents. pourquoi? Parce que, lorsqu'une femme portera plainte pour violences ou en émettra simplement l'intention, l'époux ou le concubin pourra se précipiter chez son avocat et lui demander de déposer une plainte préventive pour "violences psychologiques". Histoire de plaider ensuite la provocation "elle m'a poussé à bout".
2) Parce que ce délit induit une appréciation totalement subjective : comment faire la preuve absolue d'une "violence psychologique", ou commence-t-elle, qu'est-ce qui la définit légalement, comment se matérialise-t-elle? En fonction de quoi les tribunaux rendront des jugements radicalement différents en faveur des opinions des juges, des humeurs, du climat, de l'état d'esprit dans la région et du talent des justiciables. cela n'améliorera évidemment pas l'image de la justice.
3) L'encombrement des tribunaux n'en sera qu'aggravé (imaginez simplement 100000 plaintes de ce type dans l'année) ce qui aura une incidence sur l'ensemble de leur fonctionnement.
4) Ajouté au délit de harcèlement moral, le délit de violence psychologique tend à judiciariser les rapports privés et donc à établir une sorte de police des intimités. ce qui, poussé à son paroxysme, finirait par dégager un étrange parfum.
5) Or il existe déjà, dans nos lois, des délits de menaces, d'injures, de violences verbales, qui permettent, à condition d'être vraiment appliqués, de sanctionner les vraies violences psychologiques.

Messages aux personnels
1) Kerjean doit reprendre sa place dans nos débats et y apporter les indispensables manifestations de sa réflexion et de sa culture, fusse de façon plus modérée.
2) j'ai, dans des dizaines sinon des centaines de textes, condamné sans aucune restriction toute forme de terrorisme frappant les populations civiles.
3) Vincent Peillon a eu tout à fait raison de montrer, en prenant l'exemple d'Alain Madelin et de Patrick Devedjian, qu'on peut avoir été délinquant dans sa jeunesse et faire une belle carrière politique.

Vous avez dit un projet ?
Une convergence républicaine face à la convergence bonapartiste : possible ou impossible ? Avec qui ? Sur quel projet ? Voilà donc certaines des propositions, concrètes précisément (certaines seulement), que j’ai déclinées à l’occasion des élections européennes. A quoi se sont ajoutées les orientations plus larges que j’ai exposées et développées dans « L’alternative ».

Je vous livre quelques-unes de ces propositions. Vous pouvez les commenter, les compléter, les déchiqueter :

• Initier, au niveau européen, le processus qui permettra de protéger l’économie mondiale des aléas du dollar (et de la tentation de solder des dettes gigantesques par un recours à l’hyper inflation ce qui provoquerait l’explosion de la bulle obligataire) en élaborant, sans doute à partir des droits de tirage spéciaux, une monnaie universelle de référence, ce que fut l’Ecu en Europe avant l’Euro, constituée d’un panier des grandes monnaies existantes et qui s’imposera aux échanges internationaux.

• Imposer, à un niveau international, une taxe sur les mouvements financiers dont le taux de base serait faible, mais qui serait progressive en fonction de la rapidité des mouvements d’allers et retours de ces flux (un processus d’aller et retour de moins d’une journée serait fortement taxé et un investissement financier sur 3 ans pratiquement pas). Le revenu de cette taxe serait géré par le Fonds Monétaire International (après réforme) et consacré aux pays les plus durement frappés par la crise. Ce principe, visant à réguler les phénomènes de va-et-vient financier les plus intentionnellement et les plus immédiatement spéculatifs, devrait être généralisé aux législations nationales et appliqué, en particulier, aux plus-values générées par les investissements (ceux des fonds spéculatifs, par exemple) dont la durée des prises de participation est inférieur à trois ans. L’imposition des plus-values pourrait être également progressive en fonction de la rapidité des mouvements d’achats et de reventes.
Ce qui est fondamental, c’est d’agir de façon forte pour favoriser à tous les niveaux de l’économie, la notion du long terme, et rendre de moins en moins juteuses toutes opérations qui visent, non un légitime retour sur réel investissement productif et innovateur, mais une maximisation des gains grâce à un processus ultra rapide d’entrée et de sortie sur un marché.

• Charger les banques centrales et les institutions financières de prendre des mesures dirigées contre tous les processus inflationnistes, et non pas seulement contre leurs formes monétaires, comme elles le font aujourd’hui. Ainsi, seraient également visées les formes d’inflation (ou de bulles) concernant l’immobilier, les actifs financiers, l’énergie et les matières premières, y compris les produits de l’agriculture. Mettre sur pied, parallèlement, une institution centrale, placée sous la double égide de l’ONU et du FMI, chargée de réprimer tout excès de manipulation spéculative des marchés des matières premières. Lui adjoindre une instance internationale qui, chaque année, mettrait publiquement et solennellement en garde, en les désignant, contre les distorsions dangereuses entre économies virtuelles et économies réelles, en particulier les valorisations boursières plusieurs fois supérieures au Produit Intérieur Brut (PIB) du pays concerné, et pointerait tous les excès de complexification de certains actifs financiers ou dérivés d’actifs, ainsi que les dérives irrationnelles apparues sur les marchés.

• Lancer un grand emprunt à taux dégressif (partant, par exemple, d’un taux de base de 5 % pour les classes moyennes pour descendre à un taux marginal de 2 % pour les classes supérieures), les 2000 plus grandes fortunes de France étant contraintes d’y souscrire au taux de 2 %. Cet emprunt aura vocation à s’élargir à l’ensemble européen. Son produit sera exclusivement consacré à la relance économique.

• Créer (le grand emprunt à taux dégressif y contribuant) une holding publique dont la dotation pourra atteindre 200 milliards d’euros, cette somme représentant moins que ce qui a été versé, pendant quatre années, sous forme de dividendes, par les entreprises du CAC 40 et étant équivalente, à population égale, à ce qu’a mobilisé le seul premier plan Obama. Cette somme serait destinée :
a) à favoriser, sur présentation d’un projet et après vérification de la faisabilité du business plan, la création de PME innovantes adaptées aux mutations de l’après crise, par une prise de participations (jusqu’à 35 %) à la constitution du capital ;
b) à entrer dans le capital de moyennes entreprises saines mais dont il est nécessaire de financer le développement (pour 35 % également) ;
c) à créer (les commandes publiques contribuant largement au financement de départ) des entreprises nationales ou mixtes engagées, en association avec le secteur privé, dans la réalisation de grands travaux d’infrastructures et d’équipements (dans le domaine, en particulier, des transports, de l’éducation, de la santé, du logement social, de l’investissement écologique ou de l’économie numérique), avec l’engagement, au bout de cinq ans, une fois la croissance revenue, à remettre au moins 80 % de ces actifs sur le marché, de réaliser les plus values et de consacrer la totalité des recettes à la réduction des déficits. La rénovation des Palais de justice, des commissariats, des lycées, des universités et des hôpitaux, ainsi que la création de 200 000 logements sociaux exclusivement dans des espaces à habitat mixte afin de casser les ghettoïsations, seraient prioritaire. Dans le domaine des transports collectifs, serait mis l’accent, non sur les routes ou les autoroutes, mais sur le développement des lignes de chemin de fer transversales rapides destinées à contourner une centralisation jacobine qui incite à passer par Paris.

• Créer une banque publique, ou semi-publique, chargée de consentir des prêts à taux 0 pour favoriser la création ou le développement de PME, tous les dossiers devant être examinés dans les trois mois.

• Réduction ou suppression, en revanche, des autres formes d’interventions financières étatiques non susceptibles de générer un retour sur prêt ou investissement.

• Nationaliser, fût-ce provisoirement, toute banque à qui l’Etat avancerait plus que l’équivalent de ses fonds propres.

• Réduire à 25 % - et, dans certains cas, à 15 % quand il y a forte création d’emplois - l’impôt sur les sociétés quand les bénéfices sont intégralement réinvestis et les remonter à 45 % quand ils sont distribués sous forme de dividendes ou abondent des formes d’enrichissements personnels. Possibilité de contraindre une société bénéficiant d’une aide directe ou indirecte (dont baisses des charges) à geler, pendant un an, toute distribution de dividendes au profit des salaires et de l’investissement.

• Supprimer toutes les niches fiscales (elles coûtent 75 milliards d’euros) mais, une fois cette remise à plat réalisée, possibilité, dans la plus totale transparence, de consentir des avantages fiscaux passagers à des secteurs directement touchés par la crise en cours.

• Supprimer les exonérations de charges sans contrepartie (niches sociales représentant 50 milliards d’euros) en les transformant en donnant-donnant, c’est-à-dire en un système orienté vers les PME et l’artisanat du type : réduction de 40 % des charges sur trois emplois plus un, contre la création effective d’un quatrième emploi. La baisse de charges, loin d’être ciblée sur des salaires représentant le Smic ou une fois et demi le Smic, serait légèrement plus forte s’appliquant à des salaires représentant une fois et demi à deux fois et demi le Smic afin d’éviter les trappes à bas salaires et à encourager des rémunérations porteuses de consommation.

• Annuler la défiscalisation des heures supplémentaires qui pénalise l’emploi et aggrave le chômage dès lors qu’allonger la durée d’un emploi existant coûte moins cher qu’en créer un nouveau.

• Revenir sur le paquet fiscal. Augmenter la progressivité de l’impôt sur les successions à partir de 5 millions d’euros, mais supprimer cette taxe jusqu’à 900 000 euros et la réduire jusqu’à 2 millions d’euros. Remonter le plafond des tranches de l’impôt sur le revenu afin d’alléger le poids fiscal qui pèse sur les classes moyennes. Augmenter, en revanche, la progressivité des taux qui frappent les tranches supérieures à partir de 2 millions d’euros par an.
Pour réprimer les plus extravagantes et parfois obscènes inégalités de rémunération, l’idéal serait de fixer une rémunération maximum, de l’ordre de 40 fois le Smic, comme cela a été suggéré en Allemagne (500 000 euros par an), de même que l’on a institué un salaire minimum. Mais, compte tenu de l’impossibilité matérielle d’imposer une telle mesure, lui préférer une autre méthode : tendre à une réduction de la fiscalité pour 80 % des contribuables, mais augmenter le taux de progressivité de l’impôt direct sur le revenu au-dessus de la tranche de 2 millions d’euros par an, progressivité pouvant atteindre le taux marginal de 80 % au-delà de 5 millions d’euros. Le but ? Non pas confisquer le produit de rémunérations faramineuses, mais les empêcher et, donc, encourager l’investissement au détriment de la spéculation, de la thésaurisation et des gonflements de fortunes oligarchiques.
D’une façon générale, en matière fiscale, tendre à un impôt direct unique intégrant entre autre la CSG, et frappant toutes les formes de revenus au même taux de progressivité, y compris toutes les formes de plus-values, mais suppression de l’impôt sur la fortune qui est tout à fait irrationnel.

• Réviser la loi sur le commerce afin de permettre la création d’une instance de médiation et de recours à laquelle toute petite ou moyenne entreprise, ou société artisanale, pourront s’adresser si elles estiment qu’une centrale d’achats leur impose, en abusant d’une position dominante, des prix qui mettent à mal leur rentabilité, la décision de cette instance ne pouvant sous aucun prétexte se heurter ensuite à un refus de vente.

• Création de commissions régionales chargées d’établir si des projets d’installation de grandes surfaces portent atteinte ou pas, sur un plan local, au principe de concurrence libre et non faussée, les élus ne pourront pas représenter plus de 40 % des membres de ces commissions.

• Instituer une commission chargée de recenser et de désigner toutes les situations de monopole ou de position dominante excessive dans tous les domaines, y compris le commerce et l’information.

• La réussite d’une entreprise étant due aux efforts de l’ensemble de ses personnels, interdire les parachutes dorés et retraites chapeaux qui placent les dirigeants de cette entreprise démesurément au-dessus du lot commun.

• Ne se donner pour objectif de réduire très sensiblement le nombre de fonctionnaires qu’à partir du moment où le chômage sera descendu au-dessous de 7 % et choisir la voie de l’allègement, fût-il drastique, des structures bureaucratiques, y compris gouvernementales et ministérielles, et de la fin des empilements administratifs, par suppression d’organismes inutiles, plutôt que le principe absurde de non remplacement d’un fonctionnaire sur deux, alors que des secteurs entiers, tels la justice, la santé ou la sécurité, manquent parfois de personnel.

• Réserver aux PME 40 % des commandes publiques.

• Plafonner les allocations familiales de telle façon qu’elles ne soient plus versées à des familles disposant de revenus de plus de 200 000 euros annuels.

• Supprimer les préfets et sous-préfets, vestiges de l’ancien régime et du système colonial, transformer les préfectures et sous-préfectures en Maisons de la proximité (pour accès aux services sociaux, fiscaux, juridiques) et en transférer les frais de fonctionnement à cette nouvelle mission. Un représentant de l’Etat siégera dans chaque Conseil régional.

Vendredi 26 Février 2010
Jean François Kahn

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

283.Posté par Rigel le 16/03/2010 02:35
Ce programme à l'air pas mal à part les points sur l'ONU et Le FMI qui font très New World Order et le repompage de la Taxe Tobin : dont il dit lui même qu'elle est impossible à appliquer ne veut plus entendre parlé; c'est surement vrai sans un gouvernement mondial...
Quand à une banque publique qui fait des prêt à taux zero c'est digne du compte de fées vu que la BCE doit emprunter au banques privées pour créer de la monnaie plus aucune banque centrale n'a de pouvoir de creation monétaire ! Avant l'Etat pouvait pouvait emprunté à taux zero au banques centrales mais ce n'est plus possible depuis le traité de maastrich.

Moi programme à moi :

Redonné la pouvoir de creation ponetaire aux banques centrales qui peuvent prêter à l'Etat à taux zero pour purgé, répudié les dettes enver les banques privées

Créer une Europe des grande régions décentralisée non pas centralisée à bruxelles

S'inspiré des recommandations de Maurice Allais sur des zones économiques homogènes

Supprimmer l'arsenal nucléaire qui coute cher et qui sert à rien

instaurer un salaire maximum

développer une industrie du recyclage

développer les énergies renouvelables solaires eoliennes, turbines en mer, centrale incinératrices d'orduresproductrices d'electricitée : nos déchets c'est notre pétrole !

développer l'agiculture bio

fusionner police nationale municipale et gendarmerie en une seule police : la police civile

282.Posté par tur le 15/03/2010 16:24
Yes we KAHN !

281.Posté par Roi des cons le 05/03/2010 09:18
Et sur le délit de violence monétaire et sociale que nous infligent les banquiers ?

280.Posté par jack le 01/03/2010 22:19
à CharpaL Tu parles de "sous-merde idéologique."Mais non,il ne s'agit pas d'idéologie,mais de pragmatisme.Ni le capitalisme ni la mondialisation n'ont été "décidées"par des théoriciens.
Il s'agit de réalités concrètes,pas de théories ou d'idéologies.
Ce qui se passe en Chine est clair:les communistes Chinois ont compris que pour développer leur pays et le sortir progressivement de la pauvreté le modèle économique capitaliste était le plus efficace.Comme disait Deng Zia Ping ,pourtant ancien compagnon de route de Mao "peu importe qu'un chat soit noir ou blanc,du moment qu'il attrape les souris."
Même Lénine avait déjà constaté que le socialisme ne marchait pas et avait ,avec la NEP,été obligé de faire de très graves entorses aux dogmes socialistes.
Tes théories socialistes sont très belles...en théorie.Mais elles ne marchent pas pour la simple raison qu'elles oublient que l'homme est individualiste et qu'il ne bosse que s'il y trouve un intérêt personnel.On peut le regretter,mais c'est ainsi.Pour réaliser un système socialiste il faudrait créer un "homme nouveau."Beaucoup de dictateurs,sur tous les continents,ont essayé de changer l'homme.Ils n'y sont pas arrivés.

279.Posté par jean-louis CHARPAL le 01/03/2010 22:06
@jack
On ne sera jamais d'accord. Je rejette totalement toutes tes analyses, complètement.Je n'ai absolument pas une vision européenne des choses, mais mondiale et universaliste !!
Tu as fait un choix : défendre l'indéfendable, un système dégeulasse: la sauvagerie économique mondialisée, esclavagiste et totalitaire, la dictature des marchés. Je n'ai plus aucune question à me poser sur "ton" système. Je l'ai étudié depuis des années, sous toutes les coutures, sous tous les angles.C' est une sous merde idéologique!
JFK a parfaitement raison de parler de staliniens de droite.
Les staliniens ont vanté jusqu'à l'absurde le "bonheur soviétique", maintenant les staliniens de droite nous vantent le bonheur chinois. Quelle escroquerie intellectuelle, quelle fumisterie!
La Chine est victime de 2 totalitarismes : le fascisme rouge ex maoîste et la forme la plus sauvage et la plus mafieuse du capitalisme! Il y a des milliardaires en Chine, la belle affaire!
A côté, des centaines de millions de chinois sont dans la misère et y resteront, privés de libertés démocratiques. Si,le peuple était si heureux pourquoi l'empêcher de s'exprimer sur internet ?
La désindustrialisation de la France, les travailleurs de l'économie réelle n'en sont absolument pas coupables. C 'est hyper dégueulasse de dire ça !! C'est parce qu'on met en concurrence des travailleurs qui ont encore quelques droits avec des esclaves! Le résultat est couru d'avance! Ce qu'il faut c'est constituer des zones socialement et économiquement homogènes, afin que la concurrence reste intelligente!
Je ne pleurniche pas !!! Ca n'est pas mon genre! J'examine les façons de foutre par terre ce système immonde qui écrase l'Humanité toute entière, Chine comprise !
De toute façon, ce système n'en a plus pour longtemps.Il faut avoir de la merde dans les yeux ou être grassement payé par lui pour le défendre ! Qu'il crêve le plus vite possible !!

278.Posté par jack le 01/03/2010 18:09
à l'arsène.Le capitalisme a bon dos,mais il n'explique pas les problèmes de l'Europe.Le capitalisme existe partout et pourtant tous les continents ne sont pas dans la même situation que l'Europe.Le problème ce n'est pas le capitalisme,mais la mondialisation.La mondialisation c'est la fin des privilèges et la libre concurrence entre tous.
Notre Europe est vieille .Elle vit sur ses acquis et ses habitudes.Notre démographie traduit d'ailleurs cet état de vieillissement d'un continent qui n'a plus le dynamisme nécessaire pour se renouveler.En france c'est encore pire.80%des jeunes rèvent de devenir fonctionnaires.
Où va-t-on avec un pays et une jeunesse qui refusent tout risque,toute aventure?
Tu parles de C.Collomb.Si C.Collomb vivait maintenant et s'il était français il ne partirait jamais.
Ou il négocierait avec la reine Isabelle une assurance-vie,le respect des 35 heures pour son équipage et un parachute doré pour lui.
Toute notre population (des patrons aux ouvriers)veut le 0 risque.L'état est devenu une assurance-tous risques à qui on demande de prendre les décisions à notre place et de sauver les banquiers qui ont fait des bêtises et les ménages qui se sont surendettés.
La France n'est plus une patrie,mais une matrie.Les citoyens sont d'éternels enfants qui ne veulent pas grandir "parceque dehors il y a des risques."
Avez-vous vu le fim Tanguy sur un jeune qui refuse de quitter la maison parentale?Les français sont un peuple-TAnguy qui reste dans les jupes d'un état-maman .Le problème c'est qu'à force d'entretenir ses propres citoyens et tous les étrangers légalement ou illégalement sur son territoire l'état-maman n'a plus de sous.
J'ai dit à mes enfants:"Si vous avez un peu d'ambition,quittez ce pays de vieux et faites votre vie
dans des pays qui valorisent encore le risque,le travail et l'aventure."

277.Posté par l'arsène le 01/03/2010 17:08
@ jack
L'Europe a dominé le monde depuis 4 siècles ( C.colomb ) à cause de sa puissance militaire et le pillage des ressources de l'Afrique et de l'Asie et on assiste actuellement à un simple rééquilibrage des forces économiques mondiales avant les futures affrontements politiques et militaires.Et si la déindustrialisation française et européenne est si forte la raison en est le système capitaliste ultra financier qui n'a qu'un seul objectif le profit maximum pour les actionnaires qui implique des délocalisations pour payer des salariés le moins possible.Et comme l'Europe s'est dotée d'une constitution ultra libérale qui avalise ce système ,on n'est pas sorti de l'auberge et ça va surement mal finir .

276.Posté par jack le 01/03/2010 16:25
à charpal.Je pense que tu souffres d'Eurocentrisme en disant que le monde s'appauvrit.
Certes pour l'Europe les "30 glorieuses"étaient vraiment glorieuses,mais pendant que l'Europe s'enrichissait la famine règnait dans des pays comme l'Inde ou la Chine...qui maintenant nous font de la concurrence.
Nous avons continué à vivre comme si l'Europe aurait ad vitam aeternam un monopole de la production et nous nous étonnons de constater qu'aujourd'hui d'autres pays produident pendant que nous comptons nos allocations,nos 35 heures et nos "droits acquis."Oui,la douche est froide.Mais quand tu dis que tout le monde s'appauvrit tu oublies que le nombre d'Asiatiques qui en 20 ans sont sortis de la misère représente plus que toute la population Européenne.
Nous vivons la fin de l'empire Romain:nous vivons sur nos acquis.Nous n'innovons plus.Nous ne voulons plus travailler:malgré le chomage les patrons réclament la libéralisation de l'immigration parceque comme les citoyens Romains nous avons besoin d'"esclaves"pour travailler à notre place.Nous réclamons à l'état "panem et circences",c'est à dire des allocs et des matchs de foot. les footballeurs surpayés sont d'ailleurs les gladiateurs modernes,sauf qu'au lieu de risquer leur vie ils ne risquent au maximum qu'une petite entorse
Le socialisme a eu sur l'Europe la même influence que le christianisme sur Rome.Rome ne pouvait être un empire qu'aussi longtemps que les Romains se sentaient supérieurs aux "barbares".L'égalitarisme chrétien avait tué cette notion.Le marxisme a imprégné profondément les consciences Européennes.Nous passons notre temps à nous "excuser"auprès des autres continents (et notamment auprès des Africains)pour notre gloire passée.
Soyons réalistes:l'Europe décadante a perdu sa volonté de créer .Elle est fatiguée et se réfugie dans les bras protecteurs des états-providence.Dans ces conditions il est normal que des peuples plus dynamiques,plus bosseurs et moins cumpabilsateurs prennent la relève de la croissance et de la domination dans le monde.
CE qui se passe en Afrique est assez significatif:pendant que nous embêtons les Africains avec les "biens mal acquis"de leurs dictateurs et leur donnons des leçons de morale,les Chinois qui n'ont pas ces scrupules sont en train de cyniquement et efficacement "acheter"l'Afrique avec ses fabuleuses ressources naturelles.
L'Europe se désindustrialise à une vitesse grandV (et la france encore plus que certains pays comme l'Allemagne°).Mais certains croient qu'il suffira d'augmenter les allocs pour régler le problème.Un pays qui ne fabrique rien et ne consomme que les allocs que lui verse un état en faillite est un pays mort.
Au lieu de pleurnicher sur les "pauvres"qui nh'ont pas assez d'argent pour l'écran plat dans la
chambre des gosses,pose-toi la question de quoi vivra une France qui chasse ses entreprises et se désindustrialise à grande vitesse.
Nous n'avons pas la chance,comme les Saoudiens ou les Emiratis,d'être nés sur un puits de pétrole.La richesse Européene venait uniquement de son travail.En dévalorisant le travail et en transformant les travailleurs en assistés on tue l'Europe.

275.Posté par jean-louis CHARPAL le 01/03/2010 12:18
@jack
C'est le post 271, les numéros changent tout le temps !

274.Posté par jean-louis CHARPAL le 01/03/2010 12:16
@jack - post 272
On peut toujours s'amuser à nier l'évidence, ça s'appelle la mauvaise foi et la malhonnêteté intellectuelle . Renseignez vous, informez vous.
Il n' y a rien à sauver d'un système ignoble et totalitaire, absurde et d'un injustice inacceptable.
Il ne va pas tarder à s'écrouler de lui même et sur lui même sous le poids de sa propre bêtise !! Et les combats d'arrière garde n'y feront rien !

273.Posté par brusyl le 01/03/2010 11:09
kerjean post 261
"tu vois que j'exagère à peine"

en disant quoi ? parce que les posts où t'exagères (mais si peu !) se trouvent à la pelle cher ami !

272.Posté par jack le 01/03/2010 11:09
à charpal "la pauvreté progresse partout".Faux!
Malgré une croissance exceptionnelle et assez inquiétante de la démographie le monde dans son ensemble ne s'appauvrit pas.Dans des pays tels que la Chine,l'Inde etc.des classes moyennes se sont formées.L'Amérique du Sud progresse aussi.
En ce qui concerne l'Europe notre "pauvreté"est toute relative.
Certes nous avons l'impression que notre pouvoir d'achat stagne.Normal:beaucoup de choses qui ,il y a vingt ans étaient encore considérées comme un "luxe"sont ressenties maintenant comme un "besoin"(ex.les enfants tous leurs portables).Les abonnements téléphoniques,internet,les forgaits SMS ,les écrans plats etc.,tous ces nouveaux "besoins"coutent de l'argent .Mais le pouvoir d'achat pour les choses vraiment importantes(logement,alimentation etc.)n'a pas diminué.
Nous vivons dans un pays qui se plaint en permanence de la "pauvreté",mais dont les routes sont encombrées par les vacanciers en route vers le mer ou le ski.
Nos plaintes sur notre "pauvreté"sont un peu indécentes quand on a vu en Afrique ou ailleurs ce qu'est la vraie pauvreté.

271.Posté par brusyl le 01/03/2010 11:08
@165 michel

joliiiiiiiiiiiiiiiiii ! comme le tueur de mouches, vous pourrez dire "j'en ai placé 8 d'un coup"

270.Posté par jean-louis CHARPAL le 01/03/2010 09:29
@Elie Arié

Réponse globale . Je constate une chose : l' Humanité ces vingt dernières années a produit dans des proportions considérables de plus en plus de richesses et la pauvreté progresse sans cesse partout !! En France aussi la production et la productivité ont cru de façon considérable, mais les pauvres sont de plus en plus nombreux. C'est la preuve indiscutable que le système mondial actuel est une "sous merde idéologique" !
Pour défendre une telle scandaleuse abérration, il faut être soit un con soit un salaud. L' un n'empêche pas l'autre!
DEMOCRATES PROGRESSISTES DE TOUS LES PAYS UNISSEZ VOUS !

269.Posté par dexter le 01/03/2010 02:16
Je vois bien la loi réhabilité bertrand Cantat, parce qu'il faut bien expliquer qu'avec l'entré de la violence psychologique dans la loi, il était presque en position de légitime défense le pauvre...

268.Posté par dexter le 01/03/2010 02:14
Aujourd'hui, en France, interdiction des vilains ! Où est passé la responsabilité individuelle, et son corolaire la liberté ?

267.Posté par Marie le 28/02/2010 22:17
http://www.journaldumauss.net/spip.php?article617

un travail sur ORWELL

Pour les non-cyniques* ...les autres pensant que tout le monde leur ressemble ne comprendraient pas ....

*L'Arsène, par ex.
Cela pourrait intéresser Brusyl aussi ...

266.Posté par michel le 28/02/2010 22:16
@BRUSYL

:-)

265.Posté par michel le 28/02/2010 22:15
@ MME IRMA

en ce qui concerne @BRUSYL, je suis d'accord avec vous!
elle a l'art de decaler le son,c'est l'envolée des incultes.
pas plus tard qu'hier,elee racontait des bobards a @MILO45,elle mentait la sotte,elle a vite senti le bout de ses galoches. elle jouit pourtant d'un nom bien coté.
enfin,je pense qu'il faut gouter la farce.
et comme disait mon frere qui chiquait en triant,"l'important quand on dine c'est la purée"

264.Posté par Milo45 le 28/02/2010 22:12
Eh ! Y a un nouvel article de JFK !

1 2 3 4 5 » ... 15