Qui souffle dans les voiles du FN?



Et ça recommence. Ils ont fait d’Eric Zemmour une hyper star, ils sont en train de faire de Claude Allègre, de nouveau, une hyper star.

Publier une pétition qui relève toutes les erreurs repérées dans le dernier livre de Claude Allègre, bravo. Mais publierait-on une pétition relevant toutes les erreurs dans les derniers livres de Bernard-Henri Lévy ?

Opéra bourgeois?

L’opéra français du XIXè siècle fût-il un spectacle réservé à la bourgeoisie ? Pour l’essentiel, oui. Mais, attention : on n’est pas passé d’un public populaire à un public bourgeois, mais d’un public aristocratique à un public bourgeois au sens large (d’où l’importance des thèmes dénonciateurs du fanatisme religieux ou laudateur des libérations nationales. Ainsi, « Les Huguenots » ou « Guillaume Tell », ou encore le « Nabucco » de Verdi en Italie).

En revanche, les opéras-comiques, réservés, surtout à Paris, à la petite bourgeoisie, puis étaient déclinés dans tout les théâtres de province devant un public beaucoup plus mélangé et, surtout, étaient débités ensuite en « petits formats » qui permettaient aux grands airs d’être chantés (ainsi « Le pays où fleurit l’oranger » dans « Mignon ») dans presque toutes les familles.

Notons qu’au début du XXè siècle, les ouvriers et ouvrières entonnaient volontiers en français « Comme une plume au vent » (« Rigoletto ») ou « Sur la mer calmée » (« Madame Butterfly »).
Quant à l’air magnifique « Le jour où je me suis donnée » (« Louise » de Charpentier), il est extrait d’un opéra qui met le petit peuple en scène et qui a été écrit par un socialiste.

Le débat continue

J’ai tenté, ici, de poser quelques questions qui me paraissent essentielles. Et qu’on ne doit pas occulter.

1 -    Si le FN renaît de ses cendres et progresse (comme d’ailleurs presque tous les mouvements d’extrême droite en Europe du Nord), n’est-ce pas parce que la stratégie censée l’étouffer n’est pas forcément la bonne ?

2 –    La banalisation du racisme, à quoi on assimile tout et n’importe quoi, ne fait-elle pas le jeu des racistes véritables et donc du Front National ?

3 –    L’utilisation systématique du concept totalement flou de « populisme » mis à toutes les sauces pour diaboliser l’adversaire, ne pose-t-elle pas problème ?

Quand j’évoquais « la gestapo de la pensée », je ne le reprenais pas à mon compte, je disais que beaucoup de gens le ressentent et l’intériorisent ainsi, ce qui, comme on l’a constaté en Suisse, peut faire ensuite des dégâts.

Tout cela a apparemment déchaîné les passions, mais je n’ai pas eu l’impression qu’on répondait rationnellement à ces interrogations.

Puisque quelques internautes me l’ont demandé, je publie donc l’intégralité du bloc-notes que j’ai consacré à ce sujet dans Marianne :

Mais qui gonfle les voiles du Front National?

Près de 18 % dans les douze départements où il était resté en lice ; pour la première fois, une nette progression d’un tour à l’autre ; la liste de Marine Le Pen dépassant même celle de l’UMP dans le Pas-de-Calais ; des scores impressionnants dans des régions martyrisées par la crise sociale, là où le Parti Communiste obtenait, il y a encore quinze ans, ses meilleurs résultats…

La façon dont notre cléricature médiatico-bien pensante a, en partie, escamoté ou relativisé le coup de tonnerre lepéniste de dimanche dernier laisse mal augurer de sa capacité à sortir de sa bulle pour renouer avec le pays réel… Ce pays qui, au second tour des élections régionales, a très majoritairement refusé de jouer le jeu démocratique ; et dont la sécession massive constitue, peut-être, l’une des causes de la crise cataclysmique que traverse, justement, l’univers médiatique.
*
Cette pudeur est compréhensible, cependant.
Car, qui est responsable de ce retrait quasi insurrectionnel – insurrection totalement pervertie, hélas – du peuple sur l’Aventin ? On va répondre, bien sûr, Sarkozy ! Comme le « sauveur suprême », devenu le « plombeur suprême », a pris une méga piquette, maintenant, on peut se permettre. Y compris Jean-Michel Aphatie. Bientôt, mon copain Jean-Pierre Elkabbach et ma copine Catherine Nay vont s’y mettre. Même Le Monde, vous verrez, qui, du haut de son trône pontifical, nous accusa de psychologisme déviant, finira par convenir que ce type « a un grain ». Lorsque Etienne Mougeotte (du Figaro) basculera à son tour, ce sera la fin des haricots.

Donc, le pyromane, c’est Sarkozy. Un peu vrai : n’est-ce pas lui qui, dans les banlieues, déclencha l’incendie pour mieux se proposer en pompier ? Mettre le feu pour le plaisir de caracoler au volant de la voiture à grande échelle, c’est un classique.
 
Un peu comme ces enfants qui s’exhibent fièrement en habit de mousquetaires, notre « sauveur » s’affubla de toute la panoplie de Monsieur Sécurité, menottes comprises. Mais, pour crédibiliser ce fliquesque accoutrement, il prit toutes les mesures qui ne pouvaient qu’exacerber l’insécurité : suppression de la police de proximité, fin de son ancrage dans les cités, alourdissement et rigidification jusqu’à la caricature des forces d’intervention, fermeture des commissariats, réduction des personnels… Manœuvre très réussie : les violences aux personnes n’ont cessé de croître et le nombre de lois sécuritaires aussi. En créant un métaphysique ministère de l’« Immigration et de l’Identité nationale », il instrumentalisa politiquement les angoisses générées par l’ampleur des flux migratoires et, parallèlement, encouragea l’instrumentalisation économique et sociale de ces mêmes flux à la demande de l’aile la plus conservatrice du patronat. D’où la montée d’un malaise malsain qui justifia qu’il tentât, ensuite, de l’exploiter électoralement en lançant le surréaliste débat de type soviétique sur le thème de la dite « identité nationale ».
 
Résumons : surenchère sécuritaire débouchant sur plus d’insécurité. Surenchère identitaire débouchant sur plus d’immigration de travail et une quasi impunité en faveur des patrons, amis du pouvoir, employeurs de sans papiers.

Dans les deux cas, évidemment, l’extrême droite ne pouvait in fine que tirer les châtaignes de la cendre, comme on dit en serbo-croate (ou, si vous préférez, les marrons du feu).
*
Mais, est-ce à dire que la cléricature médiatique d’un côté et la gauche bien pensante de l’autre (souvent lié) peuvent s’exonérer de leur responsabilité ?

A quoi a-t-on assisté ces derniers mois ? Pas une semaine sans qu’une bronca inquisitoriale ne prenne obsessionnellement et compulsivement pour cible un « dérapage » comme ils disent, c’est-à-dire une vanne, une saillie, une brève de comptoir, un rot phraséologique, un hoquet verbal douteux, une assertion pétomaniaque. Une sottise ? Racisme ! Une stupidité ? Racisme ! Un à peu près lourdingue ? Racisme ! Un « mal dit » par incontinence grammaticale ? Racisme ! Parce qu’on n’a plus le droit d’être con ? Ni médiocre ? Ni simplet ? Parce qu’on n’a plus le droit de s’exprimer laborieusement ou maladroitement ? Ou, beaucoup plus gravement, de ne pas penser comme il faut et de s’exprimer avec les mots qu’il ne faut pas.

« Dérapage », c’est d’ailleurs un aveu. Sortie de route. « Dérive », disent-ils encore. Franchissement de la ligne jaune. La même intolérance normative s’exprimait hier à travers un autre mot, déviationnisme ! Ajoutez-y l’accusation de « populisme », et c’est le pompon.
 
Quoi ? Vous vous exprimez comme s’exprime un homme du peuple ou, pire, comme si vous cherchiez à être compris par les hommes et les femmes du peuple, peut-être même - horreur ! – comme si vous espériez séduire le peuple ? Comment qualifient-ils ces sales tentatives ? Vous avez remarqué, de « nauséabondes » ! Un aveu, parce que le peuple sent mauvais. Il pue. Chirac l’avait dit à propos des immigrés, c’est une question d’odeur.
*
Le lancement saugrenu d’un débat étatisé sur « l’identité nationale » sponsorisé par des préfets à casquettes de flics (mais débat promotionné et porté par tous les médias, rappelons-le), a, certes, contribué à remplumer l’extrême droite d’autant, qu’aussitôt qu’il a tourné vinaigre, on l’a interrompu (double cadeaux !).
 
Mais que dire des appels à y mettre fin parce qu’il donnait lieu… vous devenez la suite… à des « dérapages ». Un débat qui ne doit jamais s’écarter de la partition ou du texte officiel, ce n’est pas un débat, c’est un concert, ou une représentation théâtrale.Voire une messe où l’on chante des cantiques liturgiques. Vous imaginez ce que peut être la réaction de ce peuple qui « ne sent pas bon », que l’on invite à débattre de la nature de son identité, mais à qui on explique que s’il exprime à sa façon, avec ses mots, ses angoisses, ses doutes, ses contradictions et ses ambiguïtés, aussitôt, clic-clac, on coupera la retransmission ; on débranchera le micro. Et qui, presque chaque jour, entend exiger, par le tribunal autoproclamé de la bien pensance de gauche, la démission, la radiation, l’excommunication, la relégation, l’ostracisation, la purification, la mise en quarantaine, la mise en examen, l’exorcisme, voire l’incarcération de personnes « vues à la télé » dont le crime consista à déclarer, par étourderie, ce que, en son sein, au café du coin, au cours du déjeuner dominical ou du dîner annuel des Amis du club de rugby, entre Marcel, Dédé, Rachid et Mamadou, on dégoise communément sans y voir à mal.
 
Alors oui, l’impression est, non pas exprimée, mais intériorisée, non seulement que les gars d’en bas sont écrasés sous les exclusions fulminées par les types d’en haut, mais, qu’en outre, le haut dispose, pour exclure ce bas, d’une véritable Gestapo de la parole, sinon de la pensée.
 
Quand Marcel et Dédé découvrent que suggérer qu’un jeune beur trouverait plus facilement du travail s’il ne portait pas sa casquette à l’envers et ne parlant pas verlan, est non seulement bêta, mais « raciste » ; que regretter que les Algériens de France fêtant, sur la Cannebière, la victoire de leur équipe, n’aient pas arboré quelques drapeaux français, est non seulement stupide, mais quasiment « fasciste » ; que plaisanter sur la nullité des blancs en matière sportive en constatant qu’il y a neuf blacks sur onze joueurs dans une équipe de foot, est à la fois fasciste et raciste ; que l’emploi de l’expression « pas catholique » dénote un antisémitisme féroce ; alors oui, Marcel et Dédé en concluent que, finalement, si le racisme ce n’est que ça, si le fascisme ce n’est que ça… voter Le Pen ça n’est pas si grave.
*
Eh bien continuez comme ça messieurs, mesdames, continuez à tolérer la logique qui casse les hommes avec leurs outils, leur âme avec leur corps ; à accepter que  le nouveau absolutisme de la richesse justifie le retour d’une paupérisation redevenue absolue… Continuez, surtout, à semer de la dynamite sous prétexte que vous disposez de portes blindées qui vous protégeront – du moins vous le croyez – des explosions ; à qualifier a priori de « liberticide » toute forme d’action effective menée contre cet envers du capitalisme sauvage qu’est la délinquance, parce que vous êtes munis de double digicodes ; à offrir aux pires exploiteurs la chair fraîche esclavagisée qui leur permettra de liquider peu à peu tous les acquis sociaux, et cela dans la mesure où ça ne remet nullement en cause votre propre niveau de vie ; à poignarder dans le dos des millions de citoyens issus de l’immigration dont vous submergez les efforts d’intégration sous les nouveaux flux que vous appelez d’autant plus facilement de vos vœux que leur sont interdits les zones où vous habitez…

Oui, continuez ! Et alors, que va-t-il se passer ? Cela : d’abord le Jean-Marie caricatural laissera la place à la « Marine » qui se fiche comme d’une guigne de Pétain, de l’OAS et de Monseigneur Lefebvre. Elle donnera au discours lepéniste une tonalité anticapitaliste et justicialiste aux relents populo-anarchisants. En conséquence, compte tenu de l’aggravation de la crise sociale, à l’occasion des prochaines élections législatives, le Front National atteindra 19 % des suffrages et l’UMP dégringolera à 22 % ; la droite dite républicaine aura le choix entre se contenter de 40 députés et donc disparaître, ou faire alliance avec le FN. Elle fera donc alliance pour sauver les meubles. Les élections seront évidemment perdues. La gauche, apparemment triomphante, reviendra au pouvoir. Elle gouvernera. Mais sera mise en situation de devoir prendre, comme la gauche grecque, toutes les mesures impopulaires qu’exigera une situation économico-financière beaucoup plus dégradée qu’on veut bien le reconnaître. A quoi les écolos ajouteront l’exigence de mesures, justes et sublimes bien sûr, mais qui retourneront la plupart des couches sociales contre la gauche. En fonction de quoi, la droite remportera les élections suivantes en alliance avec l’extrême droite. Et il y aura des ministres Front National.

Vous voulez éviter cette échéance ? Alors, remettez-vous en question. Y êtes-vous prêts ? Hélas, je suis convaincu que non.

Samedi 3 Avril 2010
Jean-François Kahn

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

170.Posté par anonyme le 21/05/2010 02:52

Et pendant ce temps là Sarkozy et Carla s'adonnent aux plaisirs de l'arrière!!!

169.Posté par Doussou Alain le 07/04/2010 20:46
Il est juste qu'avec de telle division au PS votre analyse tient la route. Toutefois il n'y a pas que le PS à gauche. Le MoDem, auquel vous appartenez je crois, ou pour le moins que vous soutenez serait bien inspirer de changer de patron qui n'a d'ambition pour la France que sa propre ambition de devenir Président de la République. Un positionnement plus clair (r)assurerait beaucoup de gens, que ce positionnement soit Gaulliste dit traditionnel ou Gaulliste de Gauche.
Autre possibilité: la rue, le peuple méprisé peut aussi se soulever, même avec violence... Après, dictature ou retour à une vraie démocratie responsable.

168.Posté par Roi des cons le 05/04/2010 11:32
Le FN est le seul qui se positionne clairement pour le protectionnisme, l'exception culturelle, l'intégrité des politiques et contre la concurrence étrangère souvent déloyale qui fait peur aux français. D'où un possible carton aux présidentielles...
Que les autres partis ne viennent pas se plaindre.

167.Posté par Fabien Grandjean le 05/04/2010 00:03
M. Kahn, votre imagination des années à venir — la "Marine" renflouant "Le Paquebot" rebaptisé "France" — me paraît rien moins que délirante. Cependant il est douteux que les républicains laissent aller l'ignominie aussi loin. Ce qui pose la question d'une possible insurrection et d'un état d'exception dont le pays serait déjà gros, selon vous, au vu des résultats du second tour des régionales, massivement sécessionniste, cause d'un cataclysme médiatique qui devrait selon toute vraisemblance précipiter la fin de Sarkozy. Plus particulièrement, qu'entendez-vous exactement dire quand vous parlez de retrait "quasi" insurrectionnel et d'insurrection totalement "pervertie", "hélas" (je souligne entre guillemets vos mots les plus énigmatiques)?

166.Posté par darladirladada le 04/04/2010 18:04
N'est pas Coluche qui veut...laissez aux vrais comiques leurs accessoires...


159.Posté par Pisse-Dru le 04/04/2010 09:00
Aux diarrhéiques Olivier Montulet et Dirladada

Jetez-moi à la poubelle cette boîte de dragées Fuca !... C'est pas des bonbons !...

165.Posté par darladirladada le 04/04/2010 18:02
Pisse-Dru se prend dorénavant pour un médecin, qui consulte par blog interposé...et il aurait diagnostiqué des ennuis gastriques...

C'est une variante utilisée par les fous pour donner le change : parfois ils prétendent être Napoléon, parfois être un médecin (en l'occurrence, spécialisé en scatalogie).

Mais prenez patience, un aliéné sarkozyste comme Pisse-Dru, se laissera forcément aller un jour à prétendre être Napoléon...
Avis aux "JFKhanautes" !


160.Posté par Pisse-Dru le 04/04/2010 09:02
158.Posté par Sépadlasoupcédurata le 04/04/2010 08:08 : Darladirladada …dada … Je pourrais répondre point par point à votre diatribe

Vous êtes déjà bien courageux de répondre à sa diarrhée.

159.Posté par Pisse-Dru le 04/04/2010 09:00
Aux diarrhéiques Olivier Montulet et Dirladada

Jetez-moi à la poubelle cette boîte de dragées Fuca !... C'est pas des bonbons !...

164.Posté par darladirladada le 04/04/2010 17:51
159.Posté par Sépadlasoupcédurata le 04/04/2010 08:08
@152.Posté par Darladirladada le 04/04/2010 03:28
"Cher …dada … (vous voyez comme c’est facile…)"

Mon cher "...rata"...désolé, mais franchement reprendre votre nom, même en faisant du copié/collé, c'était trop... Déjà mon pseudo se pose la, je devais pas être inspiré ! et vous avez eu raison de me "raccourcir".

"Quel déchainement ! Comment justifier tant de rancœur, sinon par une profonde désillusion?
Vous me faites penser à ces amoureux éconduits qui brûlent ce qu’ils ont adoré (et lycée de Versailles)."

Mais il n'y a aucun déchaînement, loin de la, si vous me connaissiez, vous sauriez que lorsque je me déchaîne, c'est sur un autre ton (contre Pisse-Dru par exemple, et encore je me suis modéré avec cet évadé de l'asile, il faut être prudent avec les psychopathes...)
Quant à brûler ce que j'aurais "adoré", désolé de vous décevoir, mais je n'ai jamais adoré Chirac, loin s'en faut, jamais voté pour lui sauf en 2002 où je me suis laissé aller, et j'ai du aller à confesse pour ce péché, ce qui est un comble pour un athée à peine baptisé à l'insu de son plein gré. Et si je vous parais obsessionnel, moi je me trouve précis. Je m'explique : lorsque je contre une opinion, je l'argumente afin d'assoir si possible définitivement mon propre raisonnement ...et cela marche, puisque vous ne contredisez globalement pas !

"Je pourrai répondre point par point à votre diatribe, mais étant beaucoup moins obsessionnel, j e me contenterai de deux remarques :
Vous dites : « Quant à la mairie de Paris, ville de droite ultime, c'eût été un comble que de ne pas réussir à la conquérir » Certes ! Mais contre qui l’à t’il conquise ? Au moment ou Giscard à désigné d’Ornano, tout paraissait joué d’avance, n’est-ce pas ?"

D'Ornano ne voulait pas y aller, c'était le Darcos ou le Bussereau (des régionales) de Giscard. Il était de Deauville et pas de Paris ! De plus les R.I. étaient loin de pouvoir contrer la puissance des RPR ! Il y avait une assise d'élus ex UDR/nouveaux RPR telle dans la région que la mairie était imperdable pour Chirac ! Puis il a verrouillé le système par la corruption car c'était sa tête de pont pour la présidentielle...qu'il a mis près de 20 ans à emporter ! Putain, 18 ans ! Il a eu de la patience pour obtenir son boulot "de dans 18 ans" !

"Et vous ajoutez : « Si cela ne vous suffit pas, citez-moi un équivalent politique qui détiendrait plus de casseroles ? »
Très facile, ouvrez un livre d’histoire, (même récent), les exemples abondent. Mitterrand fournissant à lui seul une bonne demi-douzaine de batteries, qu’il est superflu d’énumérer."

Je n'ai pas besoin de livre d'histoire pour parler d'une histoire qui m'est contemporaine et comme j'ai une certaine mémoire, je n'ai pas besoin en général, comme certains, de feuilleter google et wikipédia... Mitterrand, s'il avait été aussi malhabile que Chirac ou plus certain de son impunité, comme quoi Chirac s'est bien trompé, aurait sans doute eu des réponses à donner à des juges : affaire Urba-Gracco, affaire ELF, ses amitiés plus que douteuses, douloureuses, le Credit Lyonnais, son ami Roger-Patrice Pelat et Beregovoy, le suicide de François de Grossouvre à l'Elysée, les Irlandais de Vincennes, la francisque, les écoutes téléphoniques, etc. Vous voyez que je ne suis pas un aficionado de Mitterrand et que je ne lui passe rien... Mais lui a été plus malin, plus fin et surement moins naïf que Chirac...

"Si vous pensez que je dois me sentir offensé parce que vous me supposez « mâtiné de Pisse-dru », détrompez-vous, l’opinion des monomaniaques ne m’a jamais déstabilisé…"

Le but n'était pas de vous offenser, tant que vous n'avez pas cherché vous-même à le faire à mon endroit, mais ne connaissant pas votre pseudo, je vous ai vaguement soupçonné d'être Pisse-Dru avec qui je n'entretiens pas -c'est peu de le dire- les meilleures relations... D'où cette allusion...

"Quant au rabiot, faites-en votre profit, le plat de résistance était bien-trop indigeste… "

La-aussi, détendez-vous, il ne s'agissait que d'un petit jeu de mot pour rimer avec "rata" !

Mais bon, gardez votre foi en Chirac qu'on surnommait "supermenteur" (titre repris dorénavant par Sarkozy), ou "supervoleur", c'est votre droit, c'est quand même bien triste de voir que des gens aujourd'hui placent leur espoir politique dans de vieux politicards hors jeu et ringards, qui ont été aussi nuls, et qu'ils n'aient point d'autre espérance. C'est vrai que le paysage politique est bien merdique à l'horizon... mais quand même !

163.Posté par a.berton le 04/04/2010 16:31
Monsieur,
Serait il possible un jour d'avoir un éclaircissement au sujet des extemes politiques de notre pays.
Cette façon d'ostraciser l'exteme droite au profit de l'exteme gauche est absolument insupportable
intellectuellement et relève du cynisme le plus total, sinon d'une ignorance crasse qui évidement ne
peu être votre fait, monsieur Kahn.
Avez vous oublié les 60 millions de morts du communisme dans la seule Union Soviètique ? avez
vous oubliez les famines planifiées ? les pogroms ? les commissaires politiques ? La complicité du
partie communisme français avec l'occupant nazi tant que l'union soviétique se déclarait leur
complice par pacte ? avez vous oublié que les communismes français sont allés a la soupe à Moscou
jusqu'en 1989 ?
Avez vous oublié Sakharov ? Soljenitsyn ? et tant d'autres, eux morts en déportation au goulag.
En conséquance tout homme non partisan et donc libre se doit de rejeter toute alliance d'un partit de
gauche avec l'extreme gauche, avec la même rigueur et le même zéle.
A ce prix, et uniquement a ce prix, vous sauverez votre honneur monsieur Kahn .

162.Posté par Erik le 04/04/2010 15:47
158.Posté par Darladirladada le 04/04/2010 06:36

Merci pour cette analyse assez fine du contexte, que je pourrai partager en partie, si le représentant de la droite en 2012 devait être Sarkozy. J'ai oublié de préciser dans mon commentaire que mon analyse reposait sur l'option que ce serait un autre que Sarkozy. Car je partage tout à fait avec vous le fait que si Sarkozy se représente le rejet sera tel, qu'il provoquera un vote très très utile à gauche dès le premier tour, c évident !

Comme d'ailleurs il provoqua le vote utile de 2007, car c l'unanimisme médiatique abusivement panégyriste qui a fait oublié que presque la moitié de la France en 2007 avait eu un vrai rejet pour un homme qui manifestement n'était pas apte à donner à la fonction présidentielle, la hauteur, la consistance politique, la tenue morale, la vision et le rayonnement nécessaire pour notre pays en cette période historique de recomposition des grands équilibres mondiaux ! (JFK n'était pas seul à l'époque à le penser, bien loin de là...)

La clé de 2012 à mes yeux c le vote populaire, et celui-ci risque fort de préférer d'un côté le Front National et de l'autre les représentants d'une gauche plus radicale que de se porter sur le candidat socialiste, Car la dégradation de leur condition de vie va se poursuivre, et désormais le Front National est en mesure de récupérer une grande partie de leur suffrages. C gens là aujourd'hui en ont rien à faire du vote utile, ils veulent avant tout protester je crois !

JFK évoque dans un autre billet des "propositions", mesures etc à définir pour modifier les choses... pour ma part je crois que tout cela relève encore et toujours de l'épicerie, et que ce qu'exige l'époque ce n'est pas un bon épicier, mais une vraie pensée politique, une réflexion profonde qui puisse aboutir à une idéologie nouvelle et constructive qui permette enfin aux citoyens de comprendre dans quel sens on veut aller. JFK a souvent milité pour une "révolution", très bien, mais il ne peut y avoir de révolution sans pensée révolutionnaire. La politique des mesures, et autres arrangements conjoncturels est ce qu'il y a de plus médiocre en politique, c cette orientation là qu'il faut stopper aujourd'hui si on ne veut pas se retrouver de plus en plus avec un populisme liberticide au pouvoir !
Vaste débat ...



161.Posté par Pisse-Dru le 04/04/2010 09:02
158.Posté par Sépadlasoupcédurata le 04/04/2010 08:08 : Darladirladada …dada … Je pourrais répondre point par point à votre diatribe

Vous êtes déjà bien courageux de répondre à sa diarrhée.

160.Posté par Pisse-Dru le 04/04/2010 09:00
Aux diarrhéiques Olivier Montulet et Dirladada

Jetez-moi à la poubelle cette boîte de dragées Fuca !... C'est pas des bonbons !...

159.Posté par Sépadlasoupcédurata le 04/04/2010 08:08
@152.Posté par Darladirladada le 04/04/2010 03:28
Cher …dada … (vous voyez comme c’est facile…)
Quel déchainement ! Comment justifier tant de rancœur, sinon par une profonde désillusion?
Vous me faites penser à ces amoureux éconduits qui brûlent ce qu’ils ont adoré (et lycée de Versailles).
Je pourrai répondre point par point à votre diatribe, mais étant beaucoup moins obsessionnel, j e me contenterai de deux remarques :
Vous dites : « Quant à la mairie de Paris, ville de droite ultime, c'eût été un comble que de ne pas réussir à la conquérir » Certes ! Mais contre qui l’à t’il conquise ? Au moment ou Giscard à désigné d’Ornano, tout paraissait joué d’avance, n’est-ce pas ?
Et vous ajoutez : « Si cela ne vous suffit pas, citez-moi un équivalent politique qui détiendrait plus de casseroles ? »
Très facile, ouvrez un livre d’histoire, (même récent), les exemples abondent. Mitterrand fournissant à lui seul une bonne demi-douzaine de batteries, qu’il est superflu d’énumérer.
Si vous pensez que je dois me sentir offensé parce que vous me supposez « mâtiné de Pisse-dru », détrompez-vous, l’opinion des monomaniaques ne m’a jamais déstabilisé…
Quant au rabiot, faites-en votre profit, le plat de résistance était bien-trop indigeste…

158.Posté par Darladirladada le 04/04/2010 06:36
150.Posté par Erik le 04/04/2010 01:58 : "Je partage totalement votre analyse Mr Kahn, sauf sur un point. Il me semble que l'on s'achemine plus vers un deuxième tour présidentiel à la 2002, avec une Marine LEPEN au second tour. Car au premier tour le score du représentant socialiste aura du mal à être suffisant pour les raisons suivantes =
Les socialistes ne pourront pas proposer aux français une alternative suffisament attractive pour mobiliser en leur faveur un vote élevé, ... perçus par ... électorat populaire comme compromis avec le monde financier, ...(sans évoquer une nouvelle guerre des chefs...).
Cohn Bendit ...La gauche Mélenchoniste, ...Bayrou ...les centristes ...
Toutes ces candidatures diminueront d'autant le score socialiste au premier tour....
On peut le craindre - vous JFK qui êtes un analyste de référence qu'en pensez vous ? "

Sans attendre l'éventuelle réponse de JFK, je vais vous dire le fond de ma pensée : il me semble que vous avez omis de prendre en compte certains paramètres, Erik :
1) Les citoyens de sensibilité de gauche ont été traumatisés par le "21 avril". Je ne pense pas qu'ils auront, même 10 ans après, oublié ce "Black Sunday". Le vote utile a bien fonctionné en 2007 pour Ségolène Royal et je pense qu'il sera également présent en 2012. J'en suis même sur.
2) De plus, au 1er tour de 2007, il y avait déjà aussi Bayrou (presque 19% !), Voynet, Bové, Besancenot , Laguiller et Schivardi, Buffet... Tous les candidats satellites de gauche ont été balayés avec des scores ridicules au profit du vote utile Royal (aucun n'a atteint 2% sauf Besancenot à 4%). Inversement, les scores des candidats satellites de gauche en 2002 avaient crevé le plafond, et entraîné la chute de Jospin (Chevènement plus de 5%, Laguiller presque 6%, Mamère plus de 5%, Besancenot plus de 4%, Taubira près de 2,5%, Hue près de 3,5% soit au total environ 26 à 27% !
Quant à Mélenchon pour 2012, ça reste à voir. Il a déjà montré au PS qu'il est une valeur montante et ayant moins à prouver au PS pour se faire une place au soleil, peut-être ne se risquera t-il pas à se "surajouter", ou peut-être remplacera t-il Buffet ? Pour les verts, il y aura certes un problème d'égo, mais les électeurs ne voteront pas en 2012 pour les verts comme ils ont voté aux européennes et aux régionales...une fois de plus l'appel au vote utile sera brandi par le PS, et cela marchera par la peur de se retrouver avec Le Pen au second tour. CQFD.
Bayrou est déjà carbonisé pour 2012 et ses électeurs iront majoritairement vers les verts et/ou le PS si Sarkozy est en face, et si c'est un autre UMP (Villepin, Juppé), ce sera plus partagé, ces derniers étant moins stigmatisés que Sarkozy aux yeux des sympathisants Modem.
Les centristes feront que dalle, ils ne représentent rien que quelques barons locaux, ça et la (Morin, Sauvadet...etc.) et ne pourront qu'affaiblir l'UMP. Ils ne récupèreront pas les voix du Modem, car trop marqués par leur assimilation à Sarkozy et à sa politique qu'ils ont soutenue.
3) Je crois beaucoup moins à une guerre des chefs au PS (les déclarations de Fabius sont édifiantes sur ce sujet, il semble qu'un pacte entre 3 ait été passé entre Aubry, Fabius, DSK), mais il reste à savoir ce que fera Royal : je n'exclus pas qu'elle ait déjà fait une croix sur 2012 pour se reporter sur 2017, elle est encore assez jeune pour cela. Je ne peux imaginer qu'elle se présente contre Aubry ou DSK hors du PS car si elle fait perdre le PS, aucun sympathisant de gauche ne lui pardonnera jamais, elle sera grillée à vie. Et d'ailleurs il me semble qu'elle a déjà un peu annoncé la couleur sur TF1 récemment..."Je peux être candidate, mais je peux ne pas l'être...". Peut-être pour essayer de faire bouger les sondages, créer une envie, comme le fait Sarkozy en ce moment avec son père et Carlita qui annoncent avec tambours et trompettes qu'ils ne souhaitent pas le voir se représenter...
Maintenant mon avis...vaut ce qu'il vaut ! Je le confronterais bien à d'autres, pas que JFK.

157.Posté par Darladirladada le 04/04/2010 04:56
140.Posté par Olivier Montulet le 03/04/2010 17:38
"Et publiera-t-on toutes les fautes dans les rapports du GIEC, tous leurs manquements épysthémologiques et méthodologiques comme tous les usage abusifs faits de leurs études et qui sont là les réelles inquiétudes des dits climatoseptiques? "

Contrairement à ce que dit Pisse-Dru sur votre commentaire, celui-ci m'intéresse (ceci dit, je suis rarement du même avis que Pisse-copie, ce n'est même jamais arrivé).
Seriez-vous un brin climato-sceptique, Olivier ? Avez-vous pointé les dysfonctionnements écrits du GIEC et autres ?
Pas autant qu'Allègre, j'espère, qui lui, est carrément climato-fosse septique, avec ses manipulations et interprétations... voire même clito-sceptique (m'étonnerait pas qu'il conteste même l'existence de cet organe féminin...)

156.Posté par Darladirladada le 04/04/2010 04:47
135.Posté par Espoir le 03/04/2010 14:55
Allez pour se détendre un peu. Sacha Guitry disait "je suis pour la monarchie, tempérée par l'assassinat"

Comme je suis moins violent que Guitry, j'aime assez, aussi, Winston Churchill :

"La démocratie est le pire des régimes, après tous les autres."

Morale personnelle : tant qu'on n'aura pas trouvé mieux, faudra faire avec. Hélas.

155.Posté par Darladirladada le 04/04/2010 04:45
134.Posté par Espoir le 03/04/2010 14:46
chers amis du blog

"Je trouve qu'aujourd'hui, notre niveau de réflexion collective baisse par rapport à hier.
On essaie de se reprendre ?
Les démagogues font leur lit de la désespérance, de la souffrance et de la confusion."


La baisse de niveau, sans doute sont-ce la les effets de la présence et des interventions de Pisse-Dru...

154.Posté par Darladirladada le 04/04/2010 04:40
136.Posté par arnold le 03/04/2010 15:21
à Pisse-Dru
"J'ai au moins un lecteur, et je vous en remercie.
Vous n'êtes pas comme ce malotru de geo41 qui ne répond même pas aux déclarations d'amour.
A ma prochaine faute d'orthographe. "

Je ne veux pas refroidir votre enthousiasme, Arnold, mais vous n'avez pas tiré le gros lot avec Pisse-Dru comme lecteur, également appelé Pisse-copie, rapport à l'inanité de ses écrits, ou Pisse-froid, rapport à son incompréhension des textes soumis à débat et des échanges, ou encore Pisse-vinaigre, rapport à ses propos orduriers. Pour me singulariser, il m’arrive de l’appeler Pisse-gland.

Tout ce qu'on sait, c'est qu'il fait ses besoins ici-bas, d'où le nom de Pisse...

Bref, vous l'avez compris, c’est l'emmerdeur public, le con de service, le nuisible.
Il paraît qu'il en faut un.
Moi je m'en serais bien passé, et bien d'autres avec moi.

153.Posté par Darladirladada le 04/04/2010 04:23
117.Posté par Pisse-Dru le 03/04/2010 12:51 @ Darladirladada
"Tu vas sans doute dire que je me trompe, mais n'aurais-tu pas appris à lire et à écrire avec les Mémoires du marquis de La Palice ? "

Ah zut, re voila l'emmerdeur public. Pisse-copie, tu veux pas m'oublier un peu ? Tu me fatigues la. Je ne peux pas jouer tout le temps avec les petits vieux de l'hospice qui s'ennuient. Pourquoi tu ne fais pas comme moi ? Je ne te lis pas. Ceci étant, je n'ai pas grand mérite à cela, vu qu'il n'y a rien à lire dans tes posts, à part les grossières provocations à l'encontre de tel ou tel. Je n'ai jamais vu surgir de ce que je vais appeler magnanimement tes 'dégueulis' écrits, la moindre idée, ni le moindre élément constructif de débat. Tout ce que tu sais faire, c'est balancer des critiques que tu crois spirituelles et qui ne font rire que toi (c'est déjà ça !), sans même être capable de les justifier. Commence déjà par structurer ta pensée "il a dit ça, mais je ne suis pas d'accord, moi je pense ça et je vais le lui dire sans le dénigrer ou l'insulter", au lieu de chier sur la tête du 1er bouc émissaire que tu trouveras : les gogues, ce n'est pas par ici. Au cas où tu ne t'en serais pas encore aperçu, je ne suis pas du genre "tête de turc" qui tend la joue gauche ; je sais bien que ça t'excite, chacun a les orgasmes qu'il peut. Et je ne te critiquerai pas sur ton impuissance physique, ton état de délabrement mental étant déjà largement suffisant. J'ignorais d'ailleurs qu'à l'asile on avait accès à internet...
Alors, ne te fatigue plus, tout le monde a compris ici-bas quelles sont tes intentions, tu veux faire le buzz en te faisant détester pour attirer l'attention sur toi. C'est pitoyable, mais c'est pathologique. Tu me rappelles un PDG qui voulait monter en politique et qui n'hésitait pas, dans un cocktail, à renverser avec fracas, comme par maladresse, une desserte de verres de champagne pour attirer l'attention. Et j'ai vu récemment au zapping de Canal un sombre abruti qui sévit dans une non moins abrutissante émission de télé-réalité dans la savane sud-africaine, émission qui fait la risée du PAF, et qui fait tout pour s'attirer les foudres de ses co-débiles par des déclarations intempestives plutôt malveillantes et agressives : tu aurais mérité le rôle du sombre abruti, et ce n'aurait pas été un rôle de composition, tu aurais été parfait ! Et accessoirement, tu nous aurais lâché la grappe, par la même occasion...
Donc, bas les masques, Fregoli, tu es démasqué !
Alors inutile de te fatiguer plus avant.

152.Posté par Darladirladada le 04/04/2010 03:28
13.Posté par Sépaslasoupcédurata le 03/04/2010 08:06 @ 1 Darladirladada
"C’est entendu, « Chirac n’a jamais eu de stratégie politique censée », c’est par le plus pur des hasards qu’il à pu être deux fois Président, deux fois Premier-Ministre, 20 ans Maire de Paris et tutti-quanti, ces choses arrivent par génération spontanée …"

Mon cher "...rata" : avant de tirer des conclusions définitives, apprenez donc à prendre en compte un maximum de paramètres factuels :
1) la France a toujours été majoritairement à et de droite, en dépit de l'alternance Mitterrand à deux reprises, qui a systématiquement perdu ses deux législatives des 2/3 de mandat (86/93), ce qui n'a jamais été le cas de Giscard en 78, ni de ses prédécesseurs de la Vème.
2) le RPR, successeur de l'UDR entre autres et ancêtre de l'UMP, était le 1er parti de France, parti majoritaire soutenant les gouvernements de droite (dont ceux du septennat de Giscard). Ce parti était donc le parti qui a été le plus au pouvoir sous la Vème qui a 52 ans d'âge (excepté 15 années sous pouvoir de gauche, Mitterrand et Jospin)
3) Chirac était le patron de ce parti RPR, totalement dévoué à son chef ("Jacques Chirac, Président, Maintenant !"), comme l'a été l'UMP pour Sarkozy (ça sent la fin...).
4) En dépit de tout cela, le patron du 1er parti de France, le plus puissant, soutenu par une énorme majorité de députés et sénateurs, d'élus locaux, de chefs d'entreprises et de capitaines d'industrie, bref de la totalité du patronat, dont une certaine... UIMM, ce qui n'était pas rien à une époque où le financement des partis politiques était quelque peu débridé, s'est pris deux énormes gamelles, en 81 et 88 dans la course à l'Elysée.
5) Lorsqu'il y est enfin arrivé en 95, il faillit pourtant être évincé par quelqu'un de son propre camp, un certain Balladur qui ne dût son échec qu'à ses certitudes tout comme Jospin en 2002. Chirac était alors complètement ringardisé et isolé au sein de son propre camp et même s'il battit Balladur sur le fil, contre tous les sondages, il n'arriva au 1er tour que 2ème contre Jospin. Néanmoins on peut lui reconnaître qu'il fît preuve d'un certain savoir-faire pour arriver à gagner et d'une très grosse ficelle, la "fracture sociale" (tactique imitée par Sarkozy pour gagner, avec la ficelle de la sécurité, des promesses mirobolantes et du vote FN) : ce sera le seul fait d'armes positif que je lui reconnaitrai.
6) Quant à la mairie de Paris, ville de droite ultime, c'eût été un comble que de ne pas réussir à la conquérir, ni à la garder, avec des appuis aussi puissants... N'eussent été les "affaires", les Tibéri, les HLM de Paris et autres affaires de frais de bouche, elle serait sans doute restée à droite.
7) Je ne reviendrai pas sur sa chance inouïe de 2002, ni sur sa bévue énorme de concert avec De Villepin en1997 sur la dissolution.
8) Je lui en veux surtout pour une chose : l'ascension de Sarkozy que lui seul avait les moyens de freiner, de contrecarrer, et même d'arrêter. Il n'a pas su résister à le prendre au gouvernement, pensant pouvoir le contrôler, et il lui refile l'intérieur, poste ô combien stratégique ! Et à deux reprises. Il détestait Sarkozy bien plus que moi, ce qui n'est pas peu dire, il avait donc tous les motifs pour l'écarter et avait les pouvoirs pour le faire, il devait donc tout faire pour l'écarter, et à la place on a eu l'affaire Clearstream !
9) Il a été poursuivi pendant toute sa carrière de président par les "affaires" et n'a même pas su se préserver sur ce plan !
10) Le système de captation de financements de l'époque de la mairie de Paris, dont certains actuellement instruits et prochainement jugés sera, s'il est jugé coupable, un système jamais vu à ce jour !
Conclusion de mon analyse "pertinente" comme vous dites, ou pas pertinente (c'est votre droit) : comment, alors qu'on détient tous les clés du succès, se prendre les pieds dans le tapis, les mains dans le pot de confiture et se vautrer plus lamentablement sur les sujets les plus importants de sa carrière politique ?
Si cela ne vous suffit pas, citez-moi un équivalent politique qui détiendrait plus de casseroles ?
Je ne suis pas un adepte de Sarkozy, vous l'aurez compris, mais je dois reconnaître que ce dernier avait bien raison de parler de "roi fainéant" à son sujet : il n'a rien fait en 12 ans de règne, dont 7 avec une majorité parlementaire. Notamment de 95 à 97 qui ont conduit à sa perte de majorité après des grèves énormes (Juppé "droit dans ses bottes" alors que les français attendaient toujours le plâtre promis par Chirac sur la fracture sociale) et l'épisode dont on rit encore sur la dissolution ; quant à son activité de 2002 à 2007...son silence assourdissant pendant 3 semaines d'août 2003 et une canicule qui a provoqué 15000 morts, il était en vacances on ne sait où, et revenu bronzé, il n'a sanctionné personne à part le sous-fifre Mattéi, cons des cons par ailleurs... En 2004 il est ravagé par la gauche aux régionales, Raffarin (Raffarien pour certains, 1er sinistre le plus incompétent que j'ai jamais vu) reste en poste ! Et je ne reparlerai évidemment pas de l'ascension de Sarkozy qui s'est déroulée entièrement sous son règne, alors qu'il avait décidé de l'écraser, ce qui prouve bien son impuissance et son erreur ou absence de stratégie... Ou, nous devons bien Sarkozy à Chirac...

"Donc, d’après votre pertinente analyse, c’est cette absence de stratégie qui l’à empêché de conclure un accord avec le F.N ?
Pour ce qui me concerne, j’approuve ce genre de manque d’habilité… "

Je suppose que vous voulez parler d'habilEté, non ? Oui, Chirac était habilité à réduire la fracture sociale, mais il a eu l'habileté de promouvoir Sarkozy. Merci Chichi.
Vous avez le tout-à-fait le droit de critiquer mon analyse, comme j'ai le droit de dire que vos arguments sont très faibles, voire ne tiennent pas la route et sont bien insuffisants pour valider une "bonne" stratégie, surtout quand on fait le constat des résultats obtenus !

Son absence d'accord avec le FN, on n'en attendait pas moins de la part chef du parti gaulliste, issu de De Gaulle qui s'était élevé en son temps contre le racisme nazi...Son successeur à l'Elysée a eu moins de scrupules à s'approprier les thèmes puants chers à ces électeurs frontistes pour les draguer outrageusement... Je ne vais donc pas lui décerner une palme pour avoir rempli le rôle tacite qu'on attendait de lui.

Une seule chose dont je le remercierais : l'absence d'intervention en Irak. Mais ça fait un bilan plutôt léger pour 12 années de présidence sous laquelle la France s'est appauvrie...

Si je n'avais qu'un seul commentaire à faire sur son bilan, je parlerais d'un vieux monsieur qui a eu les honneurs les plus importants que la république peut attribuer, sans jamais avoir su ou voulu en faire profiter ses concitoyens, vieux monsieur qui va terminer sa longue carrière sur le banc d'infamie pour ses casseroles judiciaires, ce qui situe la qualité des actions de la personne et ce sera tout ce qu'on en retiendra...

Mon analyse vous paraît dorénavant plus complète et suffisamment explicite, mon cher "...rata" mâtiné de Pisse-dru, ou vous voulez du rabiot ?

151.Posté par Erik le 04/04/2010 01:58
Je partage totalement votre analyse Mr Kahn, sauf sur un point. Il me semble que l'on s'achemine plus vers un deuxième tour présidentiel à la 2002, avec une Marine LEPEN au second tour.
Car au premier tour le score du représentant socialiste aura du mal à être suffisant pour les raisons suivantes =
Les socialistes ne pourront pas proposer aux français une alternative suffisament attractive pour mobiliser en leur faveur un vote élevé, ils sont toujours perçus par tout un électorat populaire comme compromis avec le monde financier, et ses lois du marché si durement vécues par la majorité de la population aujourd'hui (sans évoquer une nouvelle guerre des chefs qui pourrait bien redémarrer malgré tout pendant les primaires).
Cohn Bendit refusant de jouer son rôle historique, les écologistes ne pourront pas résister à leur tendance naturelle de se diviser et finiront par présenter au moins un candidat.
La gauche Mélenchoniste, présentera naturellement un candidat.
Bayrou se représentera et les centristes présenteront aussi un candidat.
Toutes ces candidatures diminueront d'autant le score socialiste au premier tour....
On peut le craindre - vous JFK qui êtes un analyste de référence qu'en pensez vous ?

1 2 3 4 5 » ... 9