Les silences de Philippe Séguin béatifiés



Les silences de Philippe Séguin béatifiés
Pour qui a entendu, pendant des années, Philippe Séguin, ce grognard, se livrer à un véritable jeu de massacre visant alternativement Valéry Giscard d’Estaing, Jacques Chirac, Edouard Balladur, Nicolas Sarkozy, entre autres, et les marquis ou barons de la droite se déchaîner contre le disparu promis au mieux à l’asile de Charenton, la cérémonie unanimiste qui a accompagné son envol vers d’autres cieux avait quelque chose de surréaliste.

Quant à la gauche bien pensante qui a salué, à l’envi, le « grand républicain », elle a bien vite oublié le temps où, et avec quel mépris, elle tournait en dérision le ringardisme supposé de ce républicanisme-là.
A la tête de la Cour des comptes Philippe Séguin, heureusement, s’était imposé un devoir de réserve. Dès lors, ce que saluent avec émotion aujourd’hui beaucoup de ces surprenants adorateurs, ce n’est pas ce qu’il a dit, mais ce qu’il s’est interdit de dire.

Il est vrai que s’il avait exprimé tout haut ce qu’il affirmait, en privé, concernant l’état de la France et l’incohérence coupable d’une politique de fuite en avant qui, selon lui, la mène droit dans le mur (il fallait, en particulier, l’entendre tailler en pièces l’idée de non remplacement d’un fonctionnaire sur deux ou de non fiscalisation des heures supplémentaires), il aurait sans doute été nécessaire de confier le panégyrique officiel non pas à Nicolas Sarkozy mais à Jean-Pierre Chevènement.

Lundi 11 Janvier 2010
Jean-François Kahn

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

43.Posté par anonyme le 21/05/2010 22:21
@Eileen post 40


Eileen !!! La première apparition de cette pouffe sur le blog de JFK!!!!!!!!!!!!!!!

42.Posté par armoni le 19/01/2010 12:09
Avec un peu de retard, j'observe que personne n'a relevé que parmi tous les hommages, plus louangeux les uns que les autres (c'est vrai qu'il était sympa!!) le plus important a été particulièrement insultant!
le petit Nicolas a osé dire:" Il était mon ami"!... à vous faire ressortir de sa tombe!

41.Posté par Louis Taulelle le 17/01/2010 16:55
Ce n'est pas vraiment un commentaire. Je cherche à prendre contact avec JF Kahn
car nous avions des amis communs, aujourd'hui décédés; Danièle et Pierre Orma.
Nous nous sommes rencontrés à Périgueux, au Théâtre de la Vache Cruelle à l'occasion de la création de la pièce de Varoujean "La ville en haut de la colline".
J'étais là comme scénographe pour la création des décors et des costumes.
Je ne suis pas trés habile avec les procédures internet. J'ai trouvé cette place des commentaires pour vous mettre un message.
A bientôt, j'espère. Bien à vous. Louis Taulelle

40.Posté par Eileen le 14/01/2010 06:56
Le décès d'un homme est toujours tragique et doit être respecté cependant ce à quoi on a assisté ce Lundi était digne d'un Politic Academy, où il fallait être sur la photo pour exister... La circonstance était le recueillement et le respect, mais eux/elles tous rassemblés (es) -certains communiant ! ! !- donnaient envie de pouffer de rire, cette Morano s'empressant d'embrasser Chirac sous le regard d'une Bernadette qui ne lui accordait qu'un bref 'bonjour Madame' et d'une poignée de main
Bernadette Chirac a osé un couplet sur la mise en examen de Jacques, qui a consacré sa vie à la France et qui à cause de "son sacrifice" -le sacrifice d'une vie- ne devrait pas être poursuivi... pour ses turpitudes.... et là on croit rêver, il faut lui dire que la France est une république dans laquelle la justice est -devrait- être la même pour tous... Bernadette Chirac a ainsi dit très clairement qu'une fois au pouvoir on avait le droit de tout faire, c'est dire si ceux qui nous gouvernent sont totalement sur une autre planète et qu'il serait temps qu'ils en redescendent très vite

39.Posté par Besse-Saige le 13/01/2010 16:12
Ce pauvre Séguin c'est qu'en même effacé devant ces anciens petits compères, il n'est jamais arrivé à créer une véritable opposition et à laisser faire, en silence? Cela me rappelle ces lacheurs communiste se retirant sur la pointe des pieds en ne trahissant aucun secret. Il aurait trés bien pu laisser un testament spécifiant bien que le Bal des hypochrites n'aurait pas lien devant son cadavre... La béatification de Ségin vient d'un peu partout, gauche, droite, centre... C'est dire l'état de la France.

38.Posté par reticence le 13/01/2010 10:42
Et les silences béats des media à l'époque du" Munich social" de P. SEGUIN.
Comme aujourd'hui M. Barnier ira faire semblant à Bruxelles de défendre une régulation financière mais réaffirmera au nom de la France haro sur le protectionnisme.
A force de confondre naïvement ou cyniquement Universalisme et Mondialisme, à l'OMC comme à Copenhague, le résultat c'est la dénationalisation sauf G2 et on laisse à l'ONU comme à l'intérieur les miettes de la Nation un droit de vote et un numéro sur des papiers d'identité.
Les enfants de P. SEGUIN ont appelé notamment à prier pour les hommes et les femmes qui partageaient les convictions de leur père. Ce n'était ni silencieux ni surréaliste.

37.Posté par cerise le 13/01/2010 09:33
Vive la République Vive la France Black Blanc Beur !

36.Posté par Movil le 13/01/2010 09:28
@ 35 Longlonjohn
A première vue, vous avez raison, mais je crois qu'il faut regarder un tout petit peu plus loin. Villepin qui est avant tout un politique, a fait ce petit pas au devant de Sarkozy, non pas pour lui faire allégeance ou lui marquer une quelconque bienveillance, mais parce qu'il veut se montrer avant plus magnanime, en tout cas moins mesquin que lui. Ainsi, il compte regrouper le maximum de partisans de l'UMP derrière lui. Il apparaît comme un rassembleur plutôt qu'un diviseur. Ce n'est qu'une apparence.
Je ne dis pas qu'il ait eu raison mais personne ne croit qu'il ait la moindre bienveillance pour Sarkozy. Il est déterminé même s'il sait qu'il n'a aucune chance de gagner en 2012, il fera perdre Sarkozy.

35.Posté par longlongjohn le 13/01/2010 00:03
@KERJEAN 9
Comme vous, J'ai définitivement conclu sur le coté méprisable de Villepin lorsque je l'ai vu, avant l'été, "tendre la main" à Sarkozy, en déclarant qu'il n'avait pas de haine, etc...
Ce type là, me suis-je dit, n'a aucune dignité. Il est tombé très bas, dans la fange, et surtout qu'il y reste!.
Pour incarner l'opposition à Sarkozy, mieux vaut quand même un Juppé ou un Dupont-Aignan que cet opportuniste un tantinet servile.
Et j'espère que les français n'oublieront pas trop vite non plus le comportement méprisable de cet individu lors de l'épisode CPE.

34.Posté par longlongjohn le 12/01/2010 23:55
J'ai ressenti un malaise persistant tout au long du panégyrique sarkozien. ça sonnait faux, et pas seulement parce que Sarkozy "exécutait" la partition écrite par Guaino.
Sarko lui-même, dont les fréquentations culturelles se limitent à Eurodisney, serait bien incapable d'écrire le premier mot de la première phrase.. Mais ce tutoiement était presque indécent, scabreux, venant d'un homme dont on connait les haines et les menaces en forme de crocs de boucher. Cet accent et ce parler de la rue, dans un instant voulu aussi solennel, avait quelque chose d'obscène, à vrai dire...
Et d'ailleurs, sauf au motif de s'exposer une fois de plus aux caméras, qu'est ce qui justifiait une telle intervention du Chef de l'Etat ? Seguin ne fut ni Premier Ministre, ni Président du Sénat, ni Président de la République. C'aurait été à Fillon, ou à Juppé, de faire cette oraison.
Mais chez Sarkozy, ce désir d'être toujours et partout sur le devant de la scène est obsessionnel.

33.Posté par François MAIREY-ROUVELOUP le 12/01/2010 18:46
Mon père m'a rapporté le commentaire du Président René Coty (qui n'était pas le benêt que l'on a souvent décrit) lors des obsèques nationales d'Edouard Herriot à Lyon, " les grands morts servent bien la gloire des vivants".

Il faut dire que le Cardinal Gerlier, Primat des Gaules, "Pétain c'est la France, la France c'est Pétain" avait tenté d'extrémiser avec onction Herriot dans ses derniers moments (histoire de le récupérer pour l'église).
François MAIREY-ROUVELOUP

32.Posté par lyonnet le 12/01/2010 18:26
Moins pire que la droite actuelle, il symbolisait une droite avec un leger cote social.
Sinon un 37 em esoldat mort en Afghanistan. Quand allons nous reagir pour dire non a cette guerre qui comme d 'autres ne veut pas dire son nom, je vous propose a tous au bas de tous les mel que vous enverrez de mentionner ces mots"Afghanistan, 37eme soldat français décédé. Je demande le retrait des soldats Français".

31.Posté par Louise le 12/01/2010 17:08
Merci à Guy d'avoir rappelé ces faits. Merci à JFK aussi.

30.Posté par cerise le 12/01/2010 16:36
Pour une fois qu'il y a un homme politique à qui on a rien à reprocher ... sauf son mauvais caractère et ses colères et qui en plus aimait le foot ... tiens , personne n'en a parlé ! Vive la république ... vive la France .

29.Posté par cerise le 12/01/2010 16:30
Ils s'autocongratulent ... en espèrant faire rejaillir sur eux un peu de cette belle personnalité politique qu'était peut être Philippe Seguin ... un homme libre !

28.Posté par cerise le 12/01/2010 16:25
Encore des louanges ... des éloges ... mais il était super ce mec ... ni de droite ... ni de gauche .... comme dit Fillon ... la république ! Respectueux avec tous ... on est loin des grandes ames sèches de la gauche .. comme disait il n'y a pas si longtemps Fillon ! Mais il était super ce mec ... encore plus mort que vivant . Pourquoi ces hommes politiques qui font son éloge avec tant d'émotion n'appliquent ils pas tous " ses principes si chers à Philippe Seguin " ?

27.Posté par Jakadi le 12/01/2010 14:42
Parce qu'il fut globalement un Mec bien et plutôt indépendant, et effectivement franc-parleur surtout en privé, on pardonnera à Philippe Seguin (qui en fit beaucoup tourner chèvres) des mauvaises admirations et/ou fréquentations tel un ancien patron du coup d'état de 1958, un Corrézien de vieille ascendance ou encore un ex bref représentant en apéritif, et même un dictateur d'Outre -Méditerranée

Et puisque son vrai géniteur était juif tunisien, Shalom, MONSIEUR LE PREMIER PHILIPPE SEGUIN

26.Posté par gg90 le 12/01/2010 12:54
bonjour
Concernant JP Chevenement, je crois savoir que le père de Ph Seguin étant décédé dans le Haut-Doubs, région chère à JPC, (dans un village proche du lieu de naissance de JPC d'ailleurs),
JPC faisait déposer chaque année une gerbe çà la date commémorative du décès ...
Je pense de plus en plus que ces deux personnes étaient faites pour se rencontrer, se rapprocher, malgré certes des différences , mais beaucoup de choses sur l'état de la France les faisaint se ressembler ...

25.Posté par Antoine le 12/01/2010 12:27
@5 : Guy : Merci pour ce rappel des valeurs du ternaire républicain qui fonde notre république, ternaire auquel s'ajoute la laïcité garante, aujourd'hui plus que jamais, des trois autres. Ne serait-il pas nécessaire de les rappeler, ces valeurs, comme autrefois, dans chaque classe primaire ? L'instruction civique ne mériterait-elle pas d'être remise au programme ? De ce fait, " il aurait sans doute été nécessaire de confier le panégyrique officiel [de P. Séguin , républicain convaincu] non pas à Nicolas Sarkozy mais à Jean-Pierre Chevènement," car en effet le Président de la République (pour lequel je n'ai pas voté mais qu'en démocrate je suis obligé de supporter) n'a aucune conscience républicaine et tente de nous refaire un certain 2 décembre 1851, puis 1852 pour se faire élire "Nicolas-le-Petit".
Aurons-nous assez de conscience républicaine pour lutter et lui rappeler que « Tous les Hommes naissent et demeurent égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune. » comme le stipule l'article 1er de notre Déclaration des Droits de l'Homme de 1789 ? Or en juin 1793, en même temps qu'une nouvelle Constitution, une nouvelle Déclaration des Droits de l’Homme devait être proclamée pour compléter celle de 1789. Mais on le sait, Constitution et Déclaration ne seront jamais appliquées à cause de la Terreur. L’article premier de cette Déclaration est intéressant parce qu’il stipule : « Le but de la société est le bonheur commun. Le gouvernement est institué pour garantir à l’homme la jouissance de ses droits naturels et imprescriptibles. » L'article deux précise ces droits : « l’égalité, la liberté, la sûreté, la propriété. »
Si l’on peut souhaiter sincèrement mettre en œuvre pour le bien et l’intérêt de tous « l’utilité commune », peut-on réellement réaliser le « bonheur commun » sans imposer des règles ? À ce moment-là, et de ce fait, sous le prétexte de "bonheur commun" ne risque-t-on pas d'aller vers d'autres dérives ? Dérives fort bien impliquées dans l'esprit de NS-le-Petit lorsqu'il prétend nous imposer, coûte que coûte la sécurité, ou plus exactement la "sûreté" de la Déclaration de 1793.

24.Posté par Movil le 12/01/2010 11:42
@ 19 je m'aperçois d'une erreur : lire à titre officiel ou privé ?

1 2 3