Du «jeu de la mort» au bouclier fiscal: tous des salauds ordinaires?



Musée de la torture, Amsterdam (sandeep thukral-flickr-cc)
Musée de la torture, Amsterdam (sandeep thukral-flickr-cc)
Cela s’appelle « le jeu de la mort ». Des citoyens ordinaires sont invités à participer à un jeu télévisé qui consiste à poser des questions à un concurrent (en fait un acteur qui joue la comédie) et à lui envoyer des décharges électriques, de plus en plus fortes, chaque fois qu’il répond de travers jusqu’à ce qu’il craque.
La victime fictive hurle de douleur, affiche de plus en plus sa souffrance, ce qui n’empêche 80 % des « citoyens ordinaires » (de vrais citoyens ceux-là) d’obéir à la patronne du jeu qui leur ordonne d’augmenter encore les envois de décharges.
Telle était donc l’expérience que diffusait mercredi soir France 2, dans le cadre d’une émission censée dénoncer la perversité de la télé-réalité.

Mais la télé-réalité n’existait pas lorsque des milliers de « petits soldats » français en Algérie acceptèrent sur ordre, et pour les faire parler, de torturer des suspects algériens à la gégène, parfois jusqu’à ce que mort s’en suive. Il se trouve que j’étais envoyé spécial en Algérie en 1962, en particulier au lendemain de l’indépendance, et les récits que j’ai eu l’occasion de recueillir et même d’accumuler, alors, de la part, à la fois des victimes et des « tortionnaires » eux-mêmes, m’ont révélé à quel point, dans une atmosphère de violence environnementale, et dès lors qu’une pression supérieure sert, en s’exerçant, d’alibi, l’être apparemment le plus innocent et le plus doux peut devenir effectivement un tortionnaire.

Les victimes me parlaient de jeunes « tourmenteurs » qui ne manifestaient aucune mauvaise conscience, riaient d’entendre les cris de ceux qu’ils électrocutaient, et certains des auteurs de ces sévices m’avouaient s’être laissés entraîner, presque sans résistance, dans cette dynamique de la souffrance faite à autrui, comme on se laisse entraîner à boire de plus en plus, la saoulerie entraînant la saoulerie, mais en avoir ensuite été marqués pour le reste de leur existence.
Précision : j’ai aussi rencontré des Algériens torturés qui m’avouaient n’avoir tenu que dans l’espoir d’être un jour en situation de pouvoir torturer à leur tour… Ce qu’ils firent.
Combien d’horreurs n’ont-elles pas été commises, pendant la Deuxième guerre mondiale, non pas par des SS, mais par des troufions ordinaires de la Wehrmacht, ceux-là mêmes chez qui j’eus l’occasion de loger, à Munich ou à Vienne, en 1957, et qui se comportaient en excellents et honnêtes pères de famille. Des gens fort sympathiques, hélas, j’en peux témoigner.

Rien à voir, évidemment, mais quand, aujourd’hui, vous entendez certains élus de droite (et, en d’autres temps, des élus de gauche ont eu les mêmes types de réaction) se déchaîner contre les mesures prises par Nicolas Sarkozy, le bouclier fiscal par exemple, qui leur paraissent soudain aberrantes et scandaleuses (et surtout sont l’une des causes de leur échec électoral), alors même qu’ils les ont non seulement approuvées mais encore défendues avec ardeur, on se rend compte que toute forme de remise de son propre libre-arbitre entre les mains d’une autorité supérieure agit comme une drogue qui annihile toute capacité de refus. Et même de critique. On se convainc qu’on « n’a pas le choix », qu’on « n’est pas responsable », que « cela ne dépend pas de nous », d’où l’auto-abolition de ce droit inaliénable qu’est le droit à la résistance.
Jean-Paul Sartre désignait cette démission sous le vocable de « mauvaise  foi » et qualifiait philosophiquement de « salaud ordinaire » (ou, plus exactement, de « salaud philosophique ordinaire ») celui qui, ainsi, pouvait se transformer en tortionnaire ordinaire.
Car, en réalité, affirmait le philosophe, l’homme – et c’est en quoi il est homme et non primate – est libre de tout, sauf de renoncer à cette liberté. Etre homme, c’est être responsable totalement.


Le tort fait par Le Figaro à Sarkozy
Je suis convaincu que la presse de gauche bien pensante – libérale libertaire et intrinsèquement bourgeoise – a largement contribué, par ses pressions idéologiques incessantes, à couper le Parti Socialiste, qu’elle influence considérablement, des couches populaires.
Mais, à l’inverse, si la droite sarkozyste a bu la tasse à l’issue des élections régionales, Le Figaro, et particulièrement son patron Etienne Mougeotte, n’y est pas pour rien. Parce qu’il est lu par tous les caciques de l’UMP, dont il constitue la bible, ce journal aurait dû, en effet, attirer leur attention sur certaines attitudes présidentielles qui risquaient, à terme, de creuser leur tombe. Or, au contraire, en approuvant Sarkozy quoiqu’il fasse ou ne fasse pas, et dise, en flattant son narcissisme, en applaudissant toutes les manifestations, même les plus contestables d’un point de vue républicain, de son pouvoir personnel, en ne le mettant en garde contre aucune dérive, même pas contre le creusement irresponsable des déficits publics ou contre les effets pervers des débauchages « gadgets » sous prétexte d’ouverture, Le Figaro et Mougeotte ont conforté Sarkozy dans ses travers, erreurs et aveuglements. En cela, ils ont contribué à sa défaite et, sans doute, à son échec.


Electeurs de droite, disent-ils
On nous explique, sondages à l’appui, que les abstentions de dimanche se recrutent majoritairement parmi « l’électorat de droite ».
Remarque étrange : si un électeur de droite, ou un électeur de gauche, restait figé éternellement, il n’y aurait pas besoin d’organiser des élections puisqu’on connaîtrait d’avance la répartition des sensibilités.
En fait, qu’est-ce qui permet de qualifier d’électeur de droite un ouvrier qui a voté Sarkozy, en 2007, parce qu’il a été sensible à son discours… ouvriériste, justement ? Ou, d’électeur de gauche un électeur de Ségolène Royal particulièrement sensible à ce qui, dans ses propos, se distinguait du discours de gauche traditionnel ?
En vérité, et presque par définition, beaucoup d’abstentionnistes sont des électeurs de Sarkozy qui ne se reconnaissent nullement par la droite (donc ne sont pas récupérables par elle) ou encore des électeurs de Ségolène Royal (ou de Bayrou) que le PS d’aujourd’hui, ou le Modem, désespèrent.
La démocratie, ça implique nécessairement que les lignes bougent.


Fonctionnement
Les coûts de fonctionnement dans les régions ont largement plus augmenté que les coûts d’investissement. Dixit le secrétaire général de l’UMP. Exact. Et c’est en Alsace que les coûts de fonctionnement ont le plus augmenté (350 %). Allo, Bertrand ?


Cohérence
Il paraît que la fusion entre les listes PS et les listes Europe Ecologie serait un scandale, une alliance contre nature. La direction de l’UMP dixit.
Mais alors deux questions : 1) qui défend, à cor et à cri, le principe bipolaire, camp contre camp, et a même concocté des modes de scrutin pour imposer coûte que coûte cette logique ? 2) Quelle est la cohérence qui réunit de façon rationnelle des partisans de Borloo et ceux de de Villiers ou de Boutin, l’ultra libéral Novelli et le dirigiste Guaino, les ultras européens à la Méhaignerie et les ultras souverainistes à la Myard ?

Mercredi 17 Mars 2010
Jean-François Kahn

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

157.Posté par Mapics le 12/04/2010 23:14
Pour moi le PS et les listes Europe Écologie sont faite pour s'entendre et trouvé un voie commune.

156.Posté par Arioch le 20/03/2010 14:40
@Yann 136

S'ils ont bien, comme ils le disaient en début d'émission, suivi le protocole de Milgram, oui, le panel est malheureusement représentatif.

Le pire, c'est que, dans certaines limites, il n'a pas besoin de l'être: A l'époque, l'expérience de milgram a été reproduite avec plein de variations. Et, globalement, les résultats étaient partout similaires, les différences observées n'étant pas significatives. Enfin, si je me souviens bien, ça fait longtemps tout ça ;)
C'était ça, la véritable horreur de milgram: Si l'âge, le sexe, l'éducation, le milieu social... avaient pu immuniser contre cela, cela aurait pu offrir un espoir, genre "éduquons les ~~ et ça ira mieux".

Tiens, une petite recherche rapide sur ça:
http://en.wikipedia.org/wiki/Milgram_experiment#Replications_and_variations

155.Posté par airlane le 19/03/2010 15:57
Concernant D. Cohn Bendit un article qui ne manque pas d'enseignements :

http://www.observatoiredeleurope.com/Histoire-d-une-marionnette_a1364.html

154.Posté par Peretz le 19/03/2010 10:27
Le problème est : l'obéissance jusqu'où? La servilité jusqu'où, pour la majorité des gens. ? Donc comment et quand on passe au soulèvement ou à la révolution. Quand une minorité fait basculer un système en ayant gardé un minimum de sens critique ? La question a été posée pour la télé et son pouvoir, mais elle se pose pour tout pouvoir.

153.Posté par Roi des cons le 19/03/2010 09:42
"La représentativité des gueux"... j'aime bien la formule. Mais je suis quoi, moi ? je suis de quel côté de cette hypothétique barrière ?
Que de questions de si bonne heure, je vais reprendre une ricoré...

152.Posté par brusyl le 18/03/2010 22:19
@147
et ça y est , je me bidonne encore comme une tarée toute seule devant mon écran

151.Posté par Tours2France le 18/03/2010 22:08
Comme je suis fier de fréquenter, fût-ce de loin, ce blog !
Et comme je suis instruit à la lumière des propos si emprunts de compréhension de certains intervenants majuscules (quel dommage que l'obscur journaliste qui sert de prétexte quotidien à ces beaux échanges s'intéresse parfois à des sujets qui n'inspirent pas la crème de nos penseurs...)
Comme je suis fier, disais-je, de contempler un aréopage exceptionnel qui démontre (avec quel brio) la fausseté morbide de l'image que l'on a voulu nous imposer. La télé honnie (eh oui, messieurs-dames, ici on ne regarde pas la télé : on picore avec délicatesse les trop rares perles offertes par le PAF) la télé honnie, donc, a tenté de nous imposer un reflet immonde qui ne sied qu'aux gueux serviles et potentiellement meurtriers. Mais ici, messieurs-dames, à de rares exception près, on ne saurait se soumettre ! Et surtout pas à la loi commune, nous valons mieux que ça : nous dissertons sur la représentativité des gueux.

Comme je suis fier de vous connaître.
Vous pouvez être fiers de vous, n'en doutez pas.
Mais, suis-je bête ! Vous n'en doutez pas.


150.Posté par geodel le 18/03/2010 21:50
"pas plus que les - rares- troufions tortionnaires en Algérie n'étaient des soldats "ordinaires"..."

Les troufions tortionnaires n'étaient pas si rares que ça. Beaucoup se vantaient de leurs actes, certains le font encore d'ailleurs!!!
Mon père, d'un calme déconcertant s'était mis un jour en très grande colère face à des jeunes de notre villages, troufions à ce moment là et qui se glorifiaient de la façon dont ils traitaient les algériens. Il avait conclu en leur disant "Vous êtes pires que les SS"

149.Posté par Milo45 le 18/03/2010 21:40
@147 Pierre Payen

Certes, mais auriez vous de l'aspirine ?

148.Posté par 1789 le 18/03/2010 21:40
Je pense que beaucoup de PDG vont chercher à avoir la liste des joueurs, pour les recruter comme DRH où ils pourront mettre en pratique leur inhumanité froide dans la pratique de licenciements sans remords.

147.Posté par Pierre Payen (Dunkerque) le 18/03/2010 21:32
Bravo M. J.-F. Kahn ! Vous choisissez J.-P. Sartre ! Il a effectivement démontré rigoureusement que la « mauvaise foi » conduisait à l’attitude du « lâche » et du « salaud » !
Il a aussi noté dans « La république du silence » : « jamais nous n’avons été plus libres que sous l’occupation » !

Je le considère comme le plus grand philosophe du 20ième siècle dans le sens où il a validé son observation en se prenant lui-même (en toute inconscience) comme modèle ou/et anti modèle !

Me Ingrid Galster, dans l’Histoire n° 248 (11/2001) s’est posé la question : « Que faisait J.-P. Sartre sous l’occupation ? » (V. Internet par ex.)

Involontairement, n’a-t-il pas prouvé que la théorie et la pratique, que les mots et les choses, ne sont que des éléments d’espaces de dimensions différentes (V. les espaces vectoriels !)

Ainsi les homo sapiens se distinguent des hommes vrais !

Les premiers vivent en dimension 3, comme les autres animaux. C’est aussi la dimension de notre monde matériel traditionnel, celui où un point est caractérisé en maths par une abscisse, une ordonnée, une hauteur (sur « 3 vecteurs de base)

*L’homme « vrai » a tout simplement intégré ou/et assimilé une 4ième dimension : la composante ou vecteur de base « Temps » !

Comme la marche de l’Univers est en général quasiment« cyclique » (avec, épisodiquement, des moments de discontinuité quantique), comme le monde du vivant est évolutif (se complexifie) dans un milieu fermé, il est évident et absolument nécessaire que sa structure soit semblable ou synchro !
Nous devrions donc aménager le cycle de la vie au mieux et notamment les deux dernières phases (la vieillesse et la mort) !
Mais nous nous réfugions dans le « jeunisme » !
Nous sommes sous l’influence primordiale du cerveau reptilien et de son instinct de survie !

(Sinon, la Société de consommation s’épanouit en flattant le cerveau mammalien ou des émotions !

Quant au néocortex analytique ! Il est souvent réquisitionné ou canalisé par le cerveau des émotions !

M. J.-F. Kahn, avez-vous conscience que nous vivons encore en collant à la géométrie euclidienne de la Grèce antique) et à ses droites (de dimension 1) « croissant » jusqu’à l’infini ? ! « La route est droite mais la pente est forte » déclarait le premier ministre Raffarin le 3 juillet 2002 au parlement !

Votre frère, le célèbre chercheur rationaliste, M. Alex Kahn, ne travaille t-il pas sur « l’immortalité » avec l’espoir de bientôt aboutir ? !

Sommes-nous pour cela des « salauds ordinaires » ? ! Oui si nous étions des « hommes » !
Non dans les autres cas !

**Je profite de l’occasion pour signaler (peut-être l’avez-vous déjà noté ?) que la définition de « l’homme » est facile ! Une expression, qui ne peut-être séquencée sans perdre sa valeur, suffit ! C’est : « La dignité humaine » !

Un « homme vrai » ne peut accepter de vivre que dans la « dignité » !

Une fois adulte (c. à d. responsable), il passera son temps à se battre contre l’indignité.

Comme elle ne suit pas la même trajectoire que les nuages de Tchernobyl …, Il partira donc partout sur la planète la combattre et se fera rapidement liquidé par ex. par une garde royale. Avant même de quitter le pays, il entamera une grève de la faim pour obtenir l’abolition des prisons indignes et décédera au bout de x jours !

***QUI SOMMES-NOUS DONC VRAIMENT ? ! Ne seriez-vous pas en dehors de la plaque ? !

****Plus grave ou conséquent, nos raisonnements (quand ils ne sont pas faux) sont souvent binaires ! Les ordinateurs sont axés sur (1/0) !

Dès qu’une situation est trop sophistiquée, les analyses de l’ordinateur peuvent conduire à des résultats aberrants. Périodiquement, parmi les faits divers, sont décrits des personnes victimes de ces automatismes inhumains mais chiffrés ! A une donnée près, à une erreur d’enregistrement, « l’Effet Papillon » (V. La théorie mathématique du chaos !) peut mener à des effets catastrophiques !

La réalité « vraie », le monde de l’infiniment petit, donc le monde du vivant, fonctionne selon la physique quantique, le « principe du tiers inclus » !

C’est l’opposé de « principe du tiers exclu » qui est celui de notre cerveau rudimentaire, celui dont le génome se différencie de celui du bonobo d’environ 2 % !

N’est-il pas impossible qu’une espèce qui vit en dimension 3, qui pense en dimension 2, puisse encore longtemps fréquenter des sciences où les éléments sont d’une dimension supérieure sans rencontrer des problèmes vitaux ? !

N.B. l’enfant n’a-t-il pas tendance, étant donné son cerveau immature, a décréter que tout est vrai ou faux, bon ou mauvais, etc. ? !


146.Posté par Ram le 18/03/2010 21:22
...one point pour Franz

145.Posté par Franz le 18/03/2010 21:18
138.Posté par lahalle le 18/03/2010 18:58

Ton jugement t’appartient. Son indépendance t’honore. Pour autant il n’a pas valeur d’objectivité. Et surtout il n’autorise pas les qualificatifs que tu te permets. Je dis cela en précisant bien qu’à priori, comme toi, je ne risque pas de participer à ce genre de mascarade.

Pourtant, ce sont bien des Français ordinaires, qui constituent une large majorité. Et si on peut discuter du pouvoir de la télé, ils sont bien le produit de son emprise sur la société et les esprits. Celle qui passe près de trois heures par jour devant son écran. Tous les jours de l’année. Ce qui fait que la télé est devenue la deuxième activité après le sommeil. Ceci étant une moyenne nationale, donc concernant la plus grande majorité d’entre nous.

Observe ce public. Souriant, bien peigné, disponible, désireux de représenter une société heureuse, enviable, unie. Enviable parce qu’il reconstitue en partie le lien social qui a peu à peu disparu. Comme au stade ou lors de certain concerts, ils forme un groupe qui communie. Sous la direction du chauffeur de salle il consent à s’unir pour porter une image. Celle d’une télé facile, agréable, rassurante, lénifiante. Celle qu’ils regardent pour oublier leur vie de stress. Ou pour passer le temps. Sans comprendre que, par sa participation enthousiaste, son exubérance consentie, c’est lui qui cautionne la machine. Le décorum, les spots, les caméras, les techniciens, les animateurs.

Morandini ose dire que chacun est libre et que cette télé correspond aux exigences du public. En aucun cas. C’est une insulte à l’humanité que de tenir de tels propos. Il y a un constant aller retour. Qui fait que par petits renoncements successifs, insignifiants, c’est bien la télévision qui impose une norme et exige que le public s’y conforme. Une norme qui, par son universalité devient sociale. A son insu.

Pas plus que ces candidats malheureux ne sont des monstres, ce public ne mérite ton mépris. Parce que dedans il y a peut-être ta famille, tes proches. Bien sûr que chacun porte une part de responsabilité dans cette soumission collective. Mais elle l’est à des degrés divers. Ceux qui en tirent profit, ceux qui manipulent portant la plus grande part. Ce sont ceux là qu’il faut haïr et combattre. Non ton prochain.

Amicalement
Franz

144.Posté par brusyl le 18/03/2010 20:51
@138 Lahalle
Salut Daniel !
c'est dommage que tu n'aies pas vu cette émission, parce qu'alors tu aurais peut-être raisonné différemment.
je suis comme toi, j'ai toujours refusé de regarder toutes ces émissions de strip-tease en public .Hier je me suis forcée à regarder parce que j'avais lu sur internet des articles parlant de ce documentaire et que le sujet m'intéressant particulièrement pour l'avoir beaucoup travaillé , j'avais la curiosité de voir comment il serait traité et peut-être déformé par le prisme télévisuel.
Je dois avouer que c'était de la bonne télé.. bien sûr avec ses défauts, le débat a parait-il été totalement trafiquoté pour couper les passages les plus hards
.
Tout cela pour te dire qu'on le regarde au premier ou au deuxième degré, il y avait beaucoup à prendre....

143.Posté par brusyl le 18/03/2010 20:29
@84 jean-louis Charpal
merci de ton message...
Ouvrir les yeux ... c'est d'autant plus difficile que notre servitude n'est pas imposée de l'extérieur mais bien volontaire... mais elle obéit aux mêmes règles que celles du totalitarisme : isolement des masses (qu'est ce qu'on en a à foutre de tous ces trucs depuis notre cocon privé et vus à travers l'écran de la télé ?) mais aussi toutes les techniques de manipulation, qu'explique de manière lumineuse Noam Chomsky dans "la fabrique du consentement"

142.Posté par KERJEAN le 18/03/2010 20:05
@138 LAHALLE

Je crois que votre post est la seule chose intéressante que j'ai lu ici aujourd'hui.

ça fait deux fois que vous me faites le coup.

ça devient gênant à la fin.

141.Posté par Elie Arié le 18/03/2010 19:52
Je n'ai pas vu cette émission (à la télé, je ne regarde que les films et le rugby), mais si elle a permis à un nombre important de gens de prendre connaissance de l'expérience de Milgram, et qu'à partir de là, certains d'entre eux vont approfondir leur réflexion sur la question, c'est de la très bonne télé.

140.Posté par Donald11 le 18/03/2010 19:28
@ 138.Posté par lahalle :
Je n'aurai qu'un seul mot : bravo !
Salut Daniel ...

139.Posté par cerise le 18/03/2010 19:03
ordinaire , banal , commun ... le commun des mortels pour un jeu mortel ... ?

138.Posté par lahalle le 18/03/2010 18:58

Monsieur Kahn,
Je regrette d'avoir à vous le notifier, mais, votre article frôle la malhonnêteté intellectuelle au petit fer et dès l'introduction du propos, vous conduisez vos lecteurs sur une grossière fausse piste.
En effet, pour vous, les personnes qui participent aux lamentables divertissements télévisés proposés sur l'ensemble des chaines de télévision seraient "...des citoyens ordinaires...".
Je n'ai pas l'habitude de consacrer du temps à regarder ce genre de c..., mais, comme les programmes regorgent de ces stupidités, il arrive qu'accidentellement je doive subir quelques minutes d'un de ces chefs-d'œuvre du paysage audiovisuel...
Et là une question me vient régulièrement à l'esprit:
"Comment un être sensé peut-il participer à ce genre d'exhibition?"
Car enfin toutes ces personnes sont volontaires, personne ne les a forcées à participer; bien souvent d'ailleurs elles ont déposées leur candidature en utilisant un numéro de téléphone surtaxé, elles ont quémandé, supplié...
Tout cela pour exhiber à la France entière, leur bêtise, leur cupidité, leur inculture, leur hystérie... Tout cela pour mettre en valeur le trou-du-cul d'animateur qui sait, lui, que derrière la case mystère, il y a le superbe presse-purée automatique tant convoité...
Tout cela pour se faire foutre de sa gueule par un public aussi débile que les participants, puisque ses réactions "spontanées" sont toutes guidées par un chauffeur de salle...

Tout cela pour permettre à la ménagère nymphomane de plus de cinquante ans de confier enfin à l'ensemble de la population, sans aucun doute avide de savoir, les détails de ses galipettes avec son plombier, polonais certes, mais atteint de priapisme...

Si les personnes qui participent à ce genre d'humiliation publique sont des "français ordinaires", alors que suis-je donc? Qui êtes-vous? Qui sont les participants à ce forum, qui, je le crois, sont loin d'être des aficionados de ce genre de distraction?

Non, Monsieur Kahn, les participants à ces jeux stupides ne sont pas des "français ordinaires", pas plus que les - rares- troufions tortionnaires en Algérie n'étaient des soldats "ordinaires"...
Qu'ils possèdent en commun le gène de l'obéissance absolue à l'autorité doublée d' un crétinisme surdimensionné , sans doute.. Que leur avidité de reconnaissance par une quelconque hiérarchie (en gros tout ce qui porte un costard Cerutti ou des galons étincelants) passe pour eux au-dessus de tout autre sentiment, et qu'ils soient même capables, au nom de cette servilité de torturer un individu; soit...
Mais, et même si votre devoir de -vrai- journaliste est bien de stigmatiser cette conduite, il me semble encore plus important de ne pas la banaliser... Ou alors c'est à désespérer de tout






1 2 3 4 5 » ... 8