Dans le mur



La Cour des comptes confirme

C’est, au fond, un message d’outre-tombe que nous livre la Cour des comptes : celui de Philippe Séguin. Sa dernière bordée en quelque sorte.

Que nous dit ce rapport ? Exactement ce que j’écrivais, hier, sur ce blog : que la dette publique de la France, en 2013, risque d’atteindre 100 % du PIB, c’est-à-dire l’équivalent de la richesse nationale, ce qui nous placerait dans une situation pas tellement différente de celle de la Grèce aujourd’hui.

Et il ajoute – ce sur quoi je n’ai cessé d’insister – que cette situation n’est pas seulement une conséquence de la crise, mais aussi la résultante de mesures prises, sous la présidence Sarkozy, avant la crise et, en particulier, la multiplication de nouvelles niches fiscales.

Or, faire croire qu’il suffira, pour rétablir la situation, de procéder à des économies est un pur mensonge : une réduction drastique des dépenses publiques causerait une timide reprise de croissance, alors que le gouvernement en attend, dans ses prévisions, 50 milliards de recettes sur trois ans.

En réalité, il y a plus de chances, puisqu’on refuse de revenir sur les graves erreurs du début du quinquennat, qu’on réalise les sombres prévisions de la Cour des comptes, que celles, optimistes, du gouvernement.

PS : Si vous êtes sensibles à nos efforts pour contrebalancer les mensonges officiels (y compris ceux que confortent ou véhiculent l’opposition), contribuez à faire connaître ce blog.

PS, UMP, qu'en pensez-vous ?

En Grèce, Espagne, Portugal, les gouvernements socialistes ont annoncé des mesures drastiques de réduction des déficits, grâce à une politique rigoureuse d’austérité : gel des salaires, hausse de l’âge de la retraite, baisse des allocations, etc… On aimerait savoir ce qu’en pense le PS français.

En revanche, dans ces trois pays, la droite, dans l’opposition, a voté contre ces plans de rigueur et a préconisé un recours supplémentaire à l’endettement. On aimerait savoir ce qu’en pense l’UMP.

Moralisation

La finance se moralise. La preuve ? Le président de la banque Goldman Sachs, Llyod Blankfein, ne touchera, au titre de 2009, et en supplément de ses confortables rémunérations de PDG, « que » neuf millions de dollars de bonus – l’équivalent de 500 années de salaires minimum, tout de même ! -. Même le plus génial « chercheur » du monde se contenterait de vingt fois moins !

On se sucre chez Lazard

La banque Lazard a annoncé des résultats dans le rouge. Pourquoi ? Parce que son ancien patron, Bruce Wasserstein étant décédé, la banque a versé à ses héritiers le montant de son intéressement, soit… 87 millions de dollars. Elle en a profité pour distribuer à ses traders des bonus s’élevant à 615 millions de dollars : tout de suite, en cash et en actions.

C’est contraire à tous les engagements pris par les banques. Mais qui s’en soucie ?

Pari perdu, sauf...

Martine Aubry avait annoncé que le PS réaliserait, à l’occasion des régionales, un « grand chelem ». Pari déjà perdu puisque, à en croire les sondages, la liste socialiste dans le Languedoc-Roussillon ne dépasserait pas 11 %. A moins, bien sûr, que, le lendemain du second tour, la direction socialiste redécouvre soudain que la liste Frêche est… de gauche.

Disproportion

Onze surveillants pour 1500 élèves au lycée de Vitry. Plus de 500 policiers et gendarmes mobilisés à chaque déplacement de Sarkozy. N’est-ce pas disproportionné ?

Mardi 9 Février 2010
Jean François Kahn

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

1.Posté par kerjean le 09/02/2010 19:35
à Nimes, c'était plus de mille poulets pour la venue de son altesse.

2.Posté par michel le 09/02/2010 20:00
qui va arreter ca,et comment??
si pendant une journee les gens decidaient de s'assoir la ou ils sont et de ne plus bouger,la lecon serait plus cuisante qu'il n'y parait! apres il suffit de recommencer autant que necessaire.

3.Posté par Cépajuste le 09/02/2010 20:29
Vous êtes peut-être encore trop optimiste JF Kahn : car si l’on baisse drastiquement les dépenses publiques, on peut même plomber la croissance, voire replonger dans la récession, et par contre-coup aggraver le déficit au lieu de le réduire.

4.Posté par Cépajuste le 09/02/2010 20:34
JF Kahn, vous savez bien que les socialistes européens ne sont plus socialistes depuis longtemps, et surtout ils n’osent pas contrarier les marchés et Bruxelles. Quant à la droite dans l’opposition, elle critique pour critiquer mais fait la même chose là où elle est au pouvoir.

5.Posté par kerjean le 09/02/2010 20:50
Cher JFK,

je vais vous poser une question à laquelle je vous serai fort gré de répondre. Ici même ou sur mon mail ou même au telephone ou comme vous le souhaitez en fait.

Comment, vous qui avez beaucoup connu le dessous des choses, la saloperie, la mesquinerie, la trahison, la bassesse, vous qui l'avez subi et qui la subissez encore, je suppose, bien plus qu'un anonyme dans mon genre, comment donc faites vous pour ne pas devenir dingue ou vous en coller une dans la tête? Quel est le remède?

Parce que cette période, elle a vraiment de quoi rendre dingue.

6.Posté par Parapapa le 09/02/2010 21:12
''je vous saurai fort gré de répondre'', sorry !

7.Posté par kerjean le 09/02/2010 21:16
@Parapapa
"saurai"? pourquoi "savoir gré"? Je croyais "être gré'.

8.Posté par jean-louis CHARPAL le 09/02/2010 21:19
Démocrates humanistes et progressistes de tous les pays unissez vous !
Pour abattre le système totalitaire qui vous écrase!
Vive la grève générale universelle!
N' attendez rien des politiciens de droite comme de gauche, la démocratie représentative est morte!
Oui, je sais, ça n'est pas tout à fait réaliste, mais ça fait du bien de crier ça sur internet !!

9.Posté par marie-pierre le 09/02/2010 21:20
@5 Kerjean
Là, vous allez le démoraliser notre cher Monsieur Kahn ! Lui rappeler toute cette galère ! Hé ! Vous n’êtes pas sympa, on a besoin de lui… Et puis, il me semble que le meilleur remède est la conviction. C’est juste mon avis…
M.Kahn,
Pour vous apporter un peu de réconfort et d’encouragement, sachez que je n’ai pas attendu votre discret Post Scriptum d’aujourd’hui pour diffuser largement l’adresse de votre blog , comme une Résistance silencieuse qui vaut sans doute mieux que de longs discours !

10.Posté par kerjean le 09/02/2010 21:37
@Marie-Pierre
démoraliser JFK? Moi?
Mais vous me prétez un pouvoir que je n'ai heureusement pas.
Démoraliser JFK....

11.Posté par Pierre Guillery le 09/02/2010 21:42
Bonne idée: le blog de JFK comme charpente d'une résistance citoyenne. Très bonne idée... Tourner la page : tout un programme :) Hum, écoutons...

12.Posté par Parapapa le 09/02/2010 21:46
@ kerjean
Je confirme "savoir gré"...
Mais c'était surtout l'occasion d'un magnifique ...serai...saurai....sorry... ;-))

13.Posté par l'arsène le 09/02/2010 21:49
@ 8 jean louis charpal
Avant de prendre la décision de faire une grève générale il faudrait une prise de conscience des salariés de la situation : et la ça coince un max quand les politiques et les médias font tout leur possible pour enfumer la situation réelle.Quand à la démocratie représentative , c'est vrai que l'on peut se poser au moins deux questions : peut-on appeler démocratie un système où celui qui est élu à la fonction suprême ne peut l'être que s'il est adoubé par le système financier en place et où les médias sont dirigés par ce même système.

14.Posté par Ph4 le 09/02/2010 22:28
Je viens d'entendre sur une onde quelque chose qui me hérisse au plus haut point : 8% . Et en écho : « il faut moraliser le capitalisme ». Ce vœu, nous l'avons entendu maintes et maintes fois dans la bouche de notre président à la suite de la crise bancaire, financière, économique et maintenant sociale. Et alors quoi ? Aux Etats Unis, il y a une tentative même timide et ici en France ? De l'esbroufe. On tape du point sur la table, devant les télés notre président donne du « Vous allez voir ce que vous allez voir » et en coulisse c'est à peine si il demande aux banquiers « Alors, j'ai été comment ? ».. Comme si les effets de manche avaient quelque chose de convenu, une partition qu'il faut bien jouer pour calmer les critiques, les ventres creux, ceux encore qui avaient l'impression d'avoir payé cette dette alors qu'il n'y étaient pour rien. Et puis il y a ces 8% que je viens d'entendre ! Ils représentent ce que paieraient comme impôts certaines très grosses sociétés sur leurs bénéfices. Donc très peu d'impôts pour eux. D'autre part, peu nombreux sont les français qui ont choisi de faire revenir leur fortune du paradis au pays. Donc, si on refait nos calculs : les moins riches, exonérés (près de 50% des français), les plus riches s'arrangent pour en payer le moins possible … et ils y arrivent ( n'a pas les experts comptables qui veut...ou les paradis.!) .. Alors il reste qui ? La classe moyenne ...celle qui se déclasse parce que présurée.... Ainsi, le fossé entre les plus riches et les moins riches va encore se creuser. C'est même devenu un abîme. D'accord pour faire des efforts mais lorsqu'ils sont partagés d'une manière équitable. Ce n'est plus le cas... Un pacte social se rompt.... Certains parmi les plus pauvres finissent par se résigner, d'autres parmi les plus riches se taisent préférant vivre cachés... Je sens comme une secousse tellurique qui vient des classes moyennes... Oh, ils ne réclameront pas du pain comme en d'autres temps mais une justice sociale et économique et ….un autre modèle. Alors, donnez nous encore des exemples de retraites chapeaux, de bonus, de fonds d'accueil et de salaires qui dépassent l'entendement et toute logique.. tous ces exemples font que la réponse à ces dérives même si elle reste politique ne peut plus être classique. J'ai longtemps cru qu'il fallait garder notre système économique fondé entre autre sur la bourse et ses valeurs fluctuantes. Et si on s'était trompé... Un autre système est-il possible ? Un système sans spéculation ? Un système où la valeur du travail et de ses produits ne dépendraient pas d'obscurs actionnaires qui ne savent même pas pour la plupart ce qu'ils financent pourvu que la rentabilité soit au rendez vous ! C'est ce même système qui étouffe des entreprises pour les découper et revendre les morceaux au meilleur prix et qui alors l'entreprise présente des bénéfices, dégraisse juste pour faire monter l'action. Les classes moyennes qui ont participé à la garantie de ce système s'interrogent et je pense que sous peu nous aurons la surprise de les voir à la recherche d'autres solutions pourvu qu'un parti politique commence à imaginer un nouveau projet de société en dehors de ce que peuvent présenter des partis extrêmes... (on a tellement peur dés qu'on prononce le mot idéologie). Les projets de partis classiques aujourd'hui donnent dans la gestion, le pragmatisme... et non plus dans la vision à long terme.
Ce qu'il faut, ce n'est plus non seulement une refonte du système économique ( une fois la crise en marche de croisière, on reprend les mêmes qui sont en train de créer d'autres bulles. Certains spéculent même sur la dette des états), c'est une refonte de notre modèle social où l'homme a été exclu du jeu par les machines économiques qu'il a lui même créé et qui fonctionnent sans qu'il y ait de pilote. Plus personne n'a la maîtrise d'un système qui s'est emballé et qui si personne n'y prend garde formera un trou noir. J'attends de voir les nouvelles idées. Pour l'instant , il y a quelques soubresauts mais pas de sursauts.. Patience....

15.Posté par marie-pierre le 09/02/2010 22:54
@Ph4
Bravo ! Bon résumé de la situation du pays.
Mais on fait quoi pour amorcer un début de solution ?
La patience n’est plus de mise… Comment agir ? Comment taper du poing sur la table ? La rue ? Le boycott ?
Il n'y a pas de pilote dans l’avion Peuple ! C’est à désespérer...

16.Posté par brusyl le 09/02/2010 23:11
@Jean-Louis Charpal et l'arsène (post 8 et 13)

Il y a un élément que vous ne prenez pas en considération : il semble évident que la crise actuelle signe la mort du pur capitalisme.. Dans les mois et les années à venir, les états (donc les contribuables) vont avoir à injecter de façon massive des liquidités dans ce système en déroute : explosion massive des déficits des états et pour les plus fragiles, banqueroute (nous y sommes...)
Deux scenarii sont possibles :
-Les états, dans leur tentative de maintien de ce capitalisme, vont recourir à un système d'exploitation encore plus violent que l'actuel, jouant pour cela sur les peurs des peuples et le rejet de l'autre : ce sera un capitalisme dictatorial, pour réprimer les troubles sociaux provoqués par ce supplément d'injustice et xénophobe.....
Nous devons nous préparer à une telle alternative : la partition est en train de s'en jouer sous nos yeux actuellement.

- deuxième possibilité : cette colère sociale, actuellement encore dispersée et bien encadrée par l'état va s'étendre , attisée par les faillites en cascades que nous allons connaître et la précarité toujours accrue des conditions de vie...

Ces luttes vont avoir lieu dans la rue, mais aussi dans les entreprises, et autour d'associations chargées du soutien des plus défavorisés (les sans papier, les sans abri, les travailleurs pauvres expulsés de leur logement par exemple)
mais j'ai du mal à croire comme vous au "grand soir" prochain : ce n'est pas pour toute suite, enfin je ne le crois pas car, désolée de le répéter , c'est mon dada, les liens entre toutes ces forces n'existent pas et leur émergence est d'ailleurs vigoureusement empêchée par le pouvoir politique (voyez comment le pouvoir de contestation des partis politiques même de gauche non capitaliste et des syndicats a été anihilé par le pouvoir et ses acolytes, les medias)
C'est à nous citoyens, hic et nunc de tout faire pour recréer ces liens

D'autre part, un vrai projet alternatif de société n'a pas encore été mis en forme : il y a "des projets " ; le projet humaniste, le projet communiste qui renait de ses cendres, le projet alternatif, le projet anarchiste, le projet écologique, le projet décroissant, mais là encore les liens entre ceux-ci sont encore trop ténus pour constituer une véritable perspective de changement.
Gramsci l'a bien analysé : le changement de société demande une longue guerre de position préalable et cette guerre est idéologique.
Or, il n'y a plus de conscience de classe ouvrière, plus de prolétariat , plus de projet marxiste qui ont idéologiquement impulsé les processus révolutionnaires du XX°
Il faudra donc faire converger ces forces de résistance, ces projets très divers pour réunir entre eux tout ce qui combat le capitalisme et sa logique inégalitaire mortifère et tout ce qui réinstaurera la démocratie, c'est à dire la réappropriation par le citoyen des décisions qui le concernent.
Ici aussi, nous citoyens avons un rôle de réflexion et de diffusion à jouer et Internet sera sans doute l'outil de celles-ci




17.Posté par Marie le 09/02/2010 23:15
A Brusyl, kerjean et les autres...
Je ne fais que passer...de temps en temps ...
Mais, j'avais déposé un message(n°2) sur le blog d'Hervé Nathan, son dernier topo ...
Je ne suis pas une "technicienne"de l'économie ...mais, c'est ce que je ressens fortement sur un plan mondial ...Je suis assez d'accord avec la sortie de Démocratie ...cela se passe discrétement ...et, un jour, c'est trop tard*...mais, les Cassandre sont rarement entendues; On nous parle technique,et pragmatisme. J'ai l'impression d'entendre des onomatopées incohérentes : on se croirait chez les Surréalistes, mais là, il ne s'agit pas d'Artistes...
*Pour notre beau pays, ces lois qui passent la nuit, en été, ces boutons sur lesquels on appuie "par erreur",donc on re-vote ! Excusez-moi! mais il s'agit, non de représentants du Peuple, mais de personnel "aux ordres", de "qui nous savons" et de lobbyes divers et variés...Ce qui est opposé à la construction mentale et politique de notre pays! On nous parle d'un renforcement du Parlement! Evidement, c'est une blague !! Il n'a jamais été aussi "croupion" ! Quand le contre-pouvoir à l'Exécutif n'existe plus, on n'est plus en Démocratie ! Certains députés de gauche, qui essaient de résister, même si en trop petit nombre, et qui sont des vieux routiers de la politique, et avertis de toutes les ruses, se sont fait avoir , car "Saucissonnage" de certaines lois, par découpe ...un petit bout passe, puis +sieurs semaines après un autre ...etc...plus personne ne voit l'ensemble ! après , quand la vision globale est là, c'est trop tard ! Ne me dites pas que cette pratique est normale !
Je comprends l'inquiétude de chacun, y compris de JFK...Je ne suis pas du centre-droit ...Mais, j'aime ses indignations, et sa grande liberté d'esprit ! Je suis attérée par les manquements de l'opposition. Une chose certaine, c'est que je suis laique et républicaine ...Voilà pourquoi, il faut renforcer la gauche de la gauche, pour moi, même si loin d'être parfait ...( et //t continuer nos réflexions citoyennes, renforcer nos capacités de Résistance personnelle aux manipulations du gvt et des médias aux ordres,garder notre liberté intérieure, même si trés dur, car nos proches n'ont pas forcément envie de se prendre la tête, la politique de l'autruche étant plus confortable: pas de souffrance; pas de déprime; pas d'ulcères!)...Il faut que les socialistes se reprennent; cela ne viendra pas d'eux. Besancenot, pour moi, vient définitivement de se déconsidérer. Il y avait un Homme intègre et solide dans son mouvement, c'était celui qui vient de mourir. Besancenot, maintenant, va faire n'importe quoi; il ne fait pas le poids.D'ailleurs, je pense que "qui nous savons" mise beaucoup sur lui, comme un reflet contraire ?!....
Pour ceux qui croient que la sortie de Démocratie se fait nettement,comme la nuit suit le jour,lire, ne serait-ce que les 1° pages de "Histoire d'un crime; Déposition d'un témoin" de Victor Hugo !
Et oui, encore lui ! Evidemment, l'époque n'est pas la même, et cela ne se présente jamais de la même façon...mais quand-même :Certains députés, à la chambre, depuis 1851 avaient qq doutes sur le Président de la République Louis Napoleon...Mais, par des manoeuvres d'influences, ils se sont laissés endormir...Tout avait l'air normal ...et le coup d'Etat a eu lieu en une nuit . Depuis des mois, l'armée se préparait en sous-mains ...Mise sous contrôle de l'Assemblée, de l'imprimerie nationale (internet, par ex.!!), et arrestation des députés de l'opposition, et de toutes personnes "fichées" comme résistants éventuels....[ tiens,tiens, Coupat, avec un livre de résistance déposé comme pièce à conviction !! =)Quelque soit ce livre,cela montre une fois de plus que les MOTS ont une force inouie ! ils ne font peur qu'à ceux qui ont qq chose à se reprocher].
Voilà ma petite part de réflexion inquiète...













Mettons au goût du jour avec des moyens modernes ...Voilà pourquoi, il ne faut plus étudier l'Histoire, ou si peu !....
Alors là, il ne s'agit pas de l'armée....Mais, le fichage se renforce; la politique sécuritaire se renforce, une instrumentalisation de le Peur est en marche; les personnes "valent",par assimilation à, leur salaire ( système US ), comme si un être humain n'était pas infiniment plus précieux que de l'argent,; nous sommes des marchandises jetables ...

18.Posté par Marie le 09/02/2010 23:18
Mince ! Bug !! J'en avais perdu un bout, qui s'est recolé en bas de la page !.....

19.Posté par Louise le 09/02/2010 23:27
@Marie

Nouriel Roubini n'a pas été entendu quand il a prédit la crise. Pierre Larrouturou non plus et surtout pas par le PS auquel il appartient. Hélas !
Et je préfère JFK, Mermet ou Schneidermann à Val, BHL ou Adler. Et Mermet appelle BHL Pompeux Cornichon.

20.Posté par brusyl le 09/02/2010 23:31
@ 17,marie bonsoir !
"il faut renforcer la gauche de la gauche"
Si vous lisez mon post précédent, vous verrez pour quelles raisons je crois qu'il faut rassembler beaucoup plus large !
Que veulent dire de telles notions gauche/droite vis à vis de la radicalité du changement auquel nous aspirons tous ici ? les lignes politiques classiques ne veulent plus rien dire surtout lorsqu'elle nous font voter à des élections pièges à cons
Pensez vous que le projet de JFK est moins radical que le vôtre ?
Je suis comme vous laïque et républicaine , mais non marxiste. Je crois que pourtant nous pouvons travailler ensemble

1 2 3 4 5 » ... 9